Nice : Trois mois de prison avec sursis pour un « collectionneur » d’oiseaux protégés

CONDAMNATION Cette peine est assortie d'une interdiction de détention d'arme pendant trois ans et de 8.000 euros de dommages intérêts

20 Minutes avec AFP

— 

Il détenait près de 250 spécimens naturalisés en toute illégalité
Il détenait près de 250 spécimens naturalisés en toute illégalité — OFB

Il a été condamné. Un collectionneur de la région de Nice qui possédait un millier d'oiseaux naturalisés dont près de 250 spécimens détenus en toute illégalité, a écopé de trois mois de prison avec sursis, a fait savoir l'Office français de la biodiversité (OFB).

Cette peine est assortie d'une interdiction de détention d'arme pendant trois ans et de 8.000 euros de dommages intérêts au bénéfice de la Ligue de protection des oiseaux.

La condamnation porte sur les faits de naturalisation et détention d'animaux protégés, importation d'espèces réglementées par la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (Cites) et détention d'armes prohibées. L'homme aurait chassé beaucoup des «trophées» qui ont été saisis.

Egalement des espèces exotiques

En 2019, les inspecteurs de l'environnement du service départemental de l'OFB avaient mis sous surveillance les agissements de cet homme suspecté de pratiquer des prélèvements de faune sauvage protégée, et ce dans le but de les naturaliser.

«Au total, ce collectionneur effréné n'a pu prouver, pour 244 spécimens, leur antériorité par rapport à la convention de 1976 qui les protège, les détenant ainsi en toute illégalité», note Éric Hansen, directeur interrégional Paca et Corse de l'OFB.

L'homme, qui s'adonnait à cette passion depuis de nombreuses années, possédait, outre les oiseaux chassés dans la région, de multiples espèces exotiques qu'il se procurait au cours de voyages à l'étranger.