Affaire Troadec : Le terrible scénario du quadruple meurtre, étape par étape

CHRONOLOGIE Le procès d'assises d'Hubert Caouissin, accusé du meurtre de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec en février 2017 près de Nantes, s'ouvre mardi. Récit d'une folie meurtrière

Frédéric Brenon

— 

L'affaire Troadec: c'est quoi? — 20 Minutes
  • Les époux Troadec et leurs deux enfants ont été tués dans la nuit du 16 au 17 février 2017 à Orvault.
  • Hubert Caouissin est jugé à partir de mardi pour meurtres et atteinte à l’intégrité de cadavres.
  • Sa compagne, Lydie Troadec, est poursuivie pour « recel de cadavre » et « modification des lieux d’un crime ».

C’est un procès hors norme qui débute mardi, pour une vingtaine de jours, devant la cour d’assises de Loire-Atlantique. Celui d’Hubert Caouissin, 50 ans, ancien chaudronnier de l’arsenal de Brest, jugé pour avoir tué, en février 2017 à Orvault près de Nantes, Pascal et Brigitte Troadec, ainsi que leurs deux enfants, puis avoir dépecé et dispersé les corps. Sa compagne, Lydie Troadec, 52 ans, sœur de Pascal Troadec, comparaît également pour « recel de cadavre » et « modification des lieux d’un crime ». Chronologie d’une folie meurtrière sidérante.

Mardi 7 février 2017 : Hubert Caouissin se rend une première fois au domicile des Troadec, à Orvault, dans l’idée d’espionner les parents, qu’il soupçonne d’avoir volé un trésor familial. Il utilise un stéthoscope pour écouter aux portes.

Jeudi 16 février 2017, entre 22 heures et 23 heures : Persuadé que la famille Troadec s’apprêtait à partir en voyage grâce au trésor, Hubert Caouissin retourne à Orvault écouter les conversations. Il se poste d’abord dans le jardin, puis profite d’une porte laissée ouverte pour le chat pour se dissimuler dans le garage.

Nuit du 16 février au 17 février 2017 : Hubert Caouissin coupe le courant et entre dans la maison silencieuse avec l’intention, affirme-t-il aux enquêteurs, de « faire le dessin d’une clé ». Mais Pascal et Brigitte Troadec, sans doute alertés par la coupure d’électricité, descendent l’escalier avec une lampe torche et tombent nez à nez sur le beau-frère couvert d’un bonnet. L’ont-ils reconnu ? S’ensuit une violente bagarre. Hubert Caouissin, qui aurait réussi à s’emparer d’un pied de biche, finit par tuer les quatre occupants, dans plusieurs pièces.

Des anonymes et voisins sont venus déposer quelques fleurs devant la maison des Troadec à Orvault.
Des anonymes et voisins sont venus déposer quelques fleurs devant la maison des Troadec à Orvault. - F.Brenon/20Minutes

Vendredi 17 février 2017, vers 5h45 : Couvert de sang, Hubert Caouissin enfile des vêtements appartenant à Pascal Troadec, laisse les corps sur place, et parcourt 250 km pour rentrer chez lui, à Pont de-Buis-lès-Quimerch (Finistère). A son arrivée, il avoue à Lydie, sa compagne, avoir « fait une connerie ».

Nuit du 17 au 18 février 2017 : Hubert Caouissin retourne à Orvault, cette fois accompagné de Lydie Troadec, dans le but d’effacer les traces. Il nettoie les scènes de crimes et charge, avec difficulté, les corps dans de grands sacs-poubelle. Lydie Troadec attend dans la voiture Audi.

Samedi 18 février, 5 heures : Hubert Caouissin dépose les corps dans la Peugeot 308 de Sébastien Troadec, le fils, et repart avec vers le Finistère. Lydie Troadec, elle, le suit au volant de l’Audi.

La maison de Lydie Troadec à Pont-de-Buis, dans le Finistère.
La maison de Lydie Troadec à Pont-de-Buis, dans le Finistère. - F.Tanneau/20Minutes

Du 18 au 20 février : A l’abri des regards extérieurs, dans la ferme isolée de Pont de-Buis-lès-Quimerch, Hubert Caouissin procède au démembrement et à la destruction des corps. Lydie Troadec se trouve non loin, dans la maison, de même que leur jeune fils.

Lundi 20 février : Lydie Troadec conduit Hubert Caouissin à Orvault puis repart en Bretagne. Hubert Caouissin poursuit le ménage de la maison. Epuisé, il dort sur place.

Mardi 21 février : En soirée, Lydie Troadec revient chercher son conjoint à Orvault. Le couple emporte dans le Finistère des sacs-poubelle remplis d’objets et draps maculés de sang.

Mercredi 22 février : Le couple nettoie la Peugeot 308 de Sébastien Troadec puis file à Saint-Nazaire abandonner le véhicule près du port afin de brouiller les pistes.

La voiture de Sébastien Troadec a été retrouvée à Saint-Nazaire le 2 mars 2017.
La voiture de Sébastien Troadec a été retrouvée à Saint-Nazaire le 2 mars 2017. - JS Evrard/AFP

Jeudi 23 février : Inquiète, la sœur de Brigitte Troadec prévient la gendarmerie qu’elle ne parvient plus à joindre Brigitte et sa famille.

Vendredi 24 février : Après s’être débarrassé des crânes des victimes, Hubert Caouissin disperse dans la nature des effets personnels des Troadec. Il affirme également avoir jeté dans l’eau, depuis le pont de l’Iroise, l’arme du crime et un portefeuille. Le même jour, la police judiciaire de Nantes ouvre une enquête. Elle découvre des traces de sang au domicile d’Orvault.

Mercredi 1er mars : Une joggeuse découvre à Dirinon (Finistère), près de Brest, des objets appartenant à Charlotte et Pascal Troadec, dont une carte Vitale.

Jeudi 2 mars : La voiture de Sébastien Troadec est retrouvée à Saint-Nazaire. Les analyses révèlent la présence de sang à l'intérieur.

Dimanche 5 mars : Déjà entendus le 24 février, Lydie Troadec et Hubert Caouissin sont à nouveau placés en garde à vue. L’ADN de ce dernier a été retrouvé dans la maison d’Orvault. Sous pression, Hubert Caouissin passe aux aveux et est mis en examen le lendemain.