Nice : Estrosi condamné en appel pour avoir traité de « charlatan » un géologue au sujet des travaux souterrains du tram

DECISION Eric Gilli avait notamment prévenu de risques d'effondrement liés au choix d'un tunnel pour une partie de la ligne 2

F.Bi.

— 

Le maire de Nice Christian Estrosi, le 7 mai 2021
Le maire de Nice Christian Estrosi, le 7 mai 2021 — SYSPEO/SIPA

La cour d’appel d’Aix-en-Provence a confirmé lundi la décision prise en première instance. Christian Estrosi a été condamné pour « injure publique » envers le géologue Eric Gilli qu’il avait traité de « charlatan » au sujet des travaux de la ligne 2 du tramway de Nice, a confirmé à 20 Minutes l’entourage du maire de Nice.

En plus de dommages et intérêts qu’il devra régler à la victime, candidat malheureux aux législatives à Nice en juin 2017, l’élu a écopé d’une amende de 2.000 euros, au lieu des 5.000 euros jugés par le tribunal correctionnel de Nice fin 2020, rappelle Nice-Matin.

En séance du conseil métropolitain

Depuis 2010, l’universitaire et karstologue Eric Gilli s’était montré critique sur le choix arrêté par le maire de Nice de faire construire la ligne 2 du tramway en partie en souterrain. Le spécialiste disant redouter des effondrements le long du chantier et dénonçant le surcoût engendré par ce type de construction. Le 10 octobre 2017, en plein conseil métropolitain, le maire et président de Nice Côte d’Azur s’était emporté suite à une question de son opposant Olivier Bettati, qualifiant le géologue de « charlatan sorti de son sarcophage ».

« Pour sa défense, je dois avouer que je m’étais un peu trompé car je n’avais pas imaginé que les dégâts seraient aussi importants boulevard Victor Hugo et rue de France », avait réagi Eric Gilli après la première décision, en octobre 2020.