Tarn : Cinq toxicos jugés pour le meurtre sordide d’une marginale de 37 ans

PROCES Quatre hommes et une femme sont jugés depuis lundi devant les assises du Tarn pour l’enlèvement et le meurtre Myriam Fedou-Bonsirven en 2007. Son corps a été retrouvé brûlé dans l’Aude

20 Minutes avec AFP

— 

L'entrée de la Cour d'assises du Tarn. Illustration.
L'entrée de la Cour d'assises du Tarn. Illustration. — Eric Cabanis - AFP

Ils ont même essayé de scier le crâne de la victime pour en retirer la balle fatale et brouiller les pistes. La Cour d’assises du Tarn se penche depuis lundi sur les circonstances du meurtre de Myriam Feydou-Bonsirven, une marginale de 37 ans, tuée dans le Tarn en septembre 2017 et dont le corps carbonisé a été retrouvé au bord d’un chemin dans le département voisin de l’Aude.

Cinq accusés – quatre hommes et une femme, âgés de 20 à 34 ans et liés dans la consommation de drogue – doivent répondre de cette affaire sordide. Tous ont reconnu les faits : ils ont enlevé et séquestré la victime pour lui demander de restituer une voiture qu’elle aurait volée. Mais les trois principaux accusés plaident la mort accidentelle. Pour eux, le coup de feu serait parti par inadvertance alors qu’ils menaçaient la trentenaire à l’intérieur d’un véhicule.

Les zones d’ombre du périple meurtrier

« On sait que Myriam leur dit rapidement où se trouve le véhicule, ce que l’on ne parvient pas s’expliquer ; c’est pourquoi ils poursuivent ce périple meurtrier et ce qu’ils font subir au cadavre de cette malheureuse », a souligné à l’ouverture du procès Olivier Boonstoppel, l’avocat du frère de la victime.

Deux autres accusés sont jugés pour avoir aidé à nettoyer la scène de crime et à faire disparaître le corps pour l’un, et d’avoir menacé Myriam Fedou-Bonsirven avec un faux révolver pour l’autre.

Le verdict est attendu pour vendredi.