Alpes-Maritimes : L’hôtel de ville d’Eze et le domicile du maire perquisitionnés

ENQUETE Une enquête préliminaire est ouverte pour trafic d'influence, prise illégale d'intérêts et détournements de fonds publics

F.Bi.
— 
Stéphane Cherki est le maire d'Eze depuis 2008
Stéphane Cherki est le maire d'Eze depuis 2008 — Archives ANP / 20 Minutes

C’est un signalement du procureur financier à la Chambre régionale des comptes de Paca qui a poussé la justice à se plonger en profondeur dans les affaires de la ville d’Eze (Alpes-Maritimes), située sur la Riviera entre Nice et Monaco. Le parquet de Nice annonce ce mercredi que « plusieurs opérations de perquisitions au sein de la mairie de la commune, au domicile de son maire Stéphane Cherki ainsi que des locaux de sociétés et d’établissement hôteliers ou de restauration » ont été menées dans la journée.

La ville et l’élu LR sont visés par une enquête préliminaire. Elle est ouverte pour « trafic d’influence, actif et passif, par ou égard d’une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public », « prise illégale d’intérêts », «  détournements de fonds publics » et « favoritismes ».

Opérations immobilières et marchés publics

Cette enquête porte notamment « sur les circonstances de plusieurs opérations immobilières et de marchés publics consentis par la municipalité, pour l’essentiel, depuis 2014 sous les mandats successifs de son maire actuel », précise le parquet. Elle a été confiée aux enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales et du service de police judiciaire de Nice.

« Je n’appelle pas ça des perquisitions et je n’ai rien à voir là-dedans », a réagi auprès de l’AFP M. Cherki, soulignant qu’il n’avait pas été « ni placé en garde à vue ni mis en examen ». « Ils sont venus contrôler la légalité de la vente par la commune d’un terrain à Monaco et sont repartis », a-t-il ajouté. Selon lui, le terrain de deux hectares dans ce secteur de la Côte d’Azur où le foncier vaut de l’or a été vendu en 2018, « légalement et au prix fixé par les Domaines ». « Il y a un contrôle de légalité de la préfecture, donc il n’y a pas de problème », a-t-il ajouté.

Chef d’entreprises et « mécène »

Les enquêteurs de la PJ et de l’Office central contre la corruption cherchaient également, selon lui, à vérifier si des restaurants ont profité de ses faveurs, des soupçons qu’il balaie également : « Je ne suis pas gérant, mais seulement propriétaire des murs ».

Elu depuis 2008, Stéphane Cherki (DVD) est chef d’entreprises. Présenté sur son site Internet comme « l’inventeur du chèque-cadeau en France », il est notamment le fondateur de la société Tir Groupé. Il s’affiche également comme un « mécène ».

DROIT DE REPONSE DE MONSIEUR STEPHANE CHERKI, MAIRE D’EZE (06)

La presse s’est faite l’écho du communiqué diffusé hier par le Procureur des Alpes-Maritimes, à la suite du signalement effectué par la Chambre régionale des comptes (CRC), laquelle a rédigé un rapport d’observations sur la gestion communale depuis 2014 (début du deuxième mandat de Stéphane Cherki). Ce rapport doit être débattu ce soir (10  juin 2021), en conseil municipal, avant d’être rendu public.

Contrairement à ce qui a été écrit, ce rapport n’est pas particulièrement sévère pour la gestion communale. Il ne formule que 6 recommandations, d’ordre purement technique et dont 5 ont déjà été mises en place sans difficulté.

Le rapport de la CRC estime que le maire n’informe pas suffisamment son conseil municipal alors que les comptes rendus de chaque conseil d’adjoints sont communiqués à tous les élus, lesquels peuvent également s’informer en permanence auprès du maire et des services.

Il critique également la gestion des ressources humaines qu’il estime trop généreuse. Pour qui connaît le niveau de rémunération des fonctionnaires communaux et le coût de la vie dans notre territoire, ce n’est pas plus sérieux.

Toutefois, ce n’est pas dans ses recommandations que le rapport peut être jugé sévère, c’est dans les critiques sans nuances qu’il porte sur l’action du maire en tant qu’homme d’affaires.

Stéphane Cherki est en effet un self made man, à l’américaine, dont l’origine de la fortune est parfaitement connue.

Il a fait bénéficier sa commune de cœur de ses compétences managériales et les résultats sont là :

- La politique d’achat public a été fortement rationnalisée ;

- L’endettement communal a été totalement supprimé ;

- La commune dispose de trois ans d’avance de budget d’investissement.

Combien de maires peuvent en dire autant ? Combien d’administrés aimeraient connaître cette situation dans leur commune ? Ce n’est pas pour rien que Stéphane Cherki a été élu trois fois au premier tour.

Chiffres à l’appui, le maire n’a profité d’aucun enrichissement personnel dans les commandes passées par la mairie (dans le strict respect du code des marchés publics) à des sociétés dont il est propriétaire des murs.

Ce qui lui est le plus reproché, c’est la vente du terrain dit de La Brasca, à l’administration des Domaines monégasques. Pour 20 M€, alors que l’administration française des Domaines l’estimait à 30 M€.

Cette vente a été extrêmement profitable pour la commune et n’a été obtenue qu’après des années de négociations difficiles.

Rappelons que le service des Domaines avait évalué ce bien à 165 K€ seulement en 2003 et que la municipalité de l’époque » avait négocié pour le vendre à 750 K€ (ce qui n’a finalement pas abouti). N’est-il pas étonnant que l’estimation des Domaines passe de 165 K€ à 30 M€ en seulement quatorze ans ?

La décision de vendre ce terrain (une ancienne décharge de 20 000 m2) a été prise à l’unanimité par le conseil municipal et la délibération a été validée par le contrôle de légalité de la Préfecture des Alpes-Maritimes.

Le maire reviendra lors du conseil municipal du 10 juin sur chaque élément du rapport et communiquera ses réponses. Dès à présent, il conteste avec force s’être rendu coupable de trafic d’influence, favoritisme et détournement de fonds publics.

Il est indigne de jeter ainsi l’opprobre sur un homme et sur une équipe totalement dévoués à leurs administrés, lesquels leur en ont toujours témoigné leur gratitude.