Haute-Savoie : Une femme en garde à vue après des injures racistes proférées contre une caissière

RACISME Carrefour avait annoncé samedi qu'elle portait plainte après qu'une caissière du groupe eut été la cible d'injures racistes proférées par une cliente

20 Minutes avec AFP
— 
Haute-Savoie : Une femme en garde à vue après des injures racistes proférées contre une caissière d'un Carrefour (Illustration)
Haute-Savoie : Une femme en garde à vue après des injures racistes proférées contre une caissière d'un Carrefour (Illustration) — AFP

Une femme soupçonnée d’avoir proféré des injures racistes à l’encontre d’une caissière d’un magasin Carrefour d’Annemasse ( Haute-Savoie) a été placée en garde à vue, a-t-on appris mardi soir auprès du procureur de Thonon.

« La personne mise en cause, convoquée ce jour par les enquêteurs, s’est présentée au commissariat en fin d’après-midi. Elle a été placée en garde à vue », indique Bruno Badré.

« Solidarité avec notre collègue injuriée »

La chaîne de supermarchés Carrefour avait annoncé samedi qu’elle portait plainte après qu’une caissière du groupe eut été la cible d’injures racistes proférées par une cliente, selon une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux. « Solidarité avec notre collègue injuriée. Ces propos racistes sont inacceptables. Nous les condamnons très fermement et portons plainte », avait tweeté l’enseigne.

« Sale négresse va, sale Noire ! Y a que les Noirs pour faire ça. Tu vois les Africains comme toi, ça donne envie de les tuer », pouvait-on entendre sur la vidéo publiée sur Twitter.

Samedi, un message audio attribué la cliente mise en cause a été diffusé sur ce même réseau social dans lequel elle explique avoir été elle-même insultée par la caissière, en se défendant d’être raciste.

« Un appel au calme sur les réseaux sociaux »

« Je suis de conviction musulmane, je suis Africaine comme elle (la caissière), mais le problème c’est qu’il faut qu’ils arrêtent de se cacher derrière leur pseudo-racisme, alors que ce sont eux qui attaquent les gens », affirme-t-elle.

Le maire d’Annemasse, Christian Dupessey (PS) avait dit ce week-end sa « totale condamnation des propos racistes », tout en lançant « un appel au calme sur les réseaux sociaux ».