Un journaliste de « Quotidien » porte plainte contre Francis Lalanne pour des coups

TELEVISION Les journalistes de « Quotidien » interrogeaient samedi à Avignon Francis Lalanne lors d’une université citoyenne

20 Minutes avec AFP
— 
Un journaliste de « Quotidien » porte plainte contre Francis Lalanne pour des coups (Archives)
Un journaliste de « Quotidien » porte plainte contre Francis Lalanne pour des coups (Archives) — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Un journaliste de «Quotidien » a déposé plainte à Paris contre le chanteur Francis Lalanne, l’accusant de lui avoir donné un « coup de poing » et de l’avoir frappé avec un casque d’écoute, samedi à Avignon, a annoncé l’émission de TMC lundi soir.

Ce que le chanteur nie : « Francis Lalanne conteste formellement avoir frappé quelque journaliste que ce soit. Il s’agit d’une mise en scène grossière à laquelle cette émission est coutumière », a répondu son avocat, Me Emmanuel Ludot.

Dans une séquence, l’émission montre comment ses journalistes ont souhaité interroger samedi à Avignon Francis Lalanne lors d’une université citoyenne, dans laquelle intervenaient notamment des «gilets jaunes ».

Lalanne accuse les journalistes de « manipulation »

L’entretien se déroule initialement correctement avant de se tendre, Francis Lalanne accusant de « manipulation » les journalistes qui l’interrogent sur des propos de Jean-Marie Bigard qualifiant notamment l’ex-ministre de la Santé Agnès Buzyn de « connasse ».

Il « interdit » aux journalistes d’utiliser ses « images », puis se lève et crie plusieurs fois « enlevez ce qu’il y a dans la caméra », tandis qu’autour de lui, selon la vidéo, des proches crient à plusieurs reprises : « Francis ! Arrête ! » Les images deviennent ensuite confuses.

Plainte pour « violences avec arme »

Paul Bouffard, l’un des trois journalistes de Bangumi, société qui produit « Quotidien », a dénoncé dans sa plainte pour « violences avec arme » samedi – dont l’AFP a obtenu une copie – un « coup de poing violent au visage », un autre coup sur la tête. « Il s’est emparé de mon casque d’écoute puis s’en est servi comme arme », ajoute-t-il.

D’après le journaliste Paul Larrouturou, également présent lors de l’altercation, « les médecins ont diagnostiqué un traumatisme crânien, une tendinite post-traumatique à l’épaule gauche pour Paul Bouffard ». Paul Larrouturou a rapporté avoir lui-même « une entorse au poignet droit » après avoir tenté de s’interposer.

Les journalistes quittent les lieux sous escorte

Sollicitée par l’AFP, l’avocate de Bangumi et de ses journalistes, Me Lorraine Gay, a adressé lundi un signalement au procureur de Paris Rémy Heitz, demandant « qu’une enquête soit très rapidement menée » sur ces accusations.

D’après elle, « c’est par l’intervention de Paul Larrouturou et d’autres personnes présentes au rassemblement que Francis Lalanne était finalement contenu, et sous l’escorte de plusieurs personnes, que l’équipe de journalistes parvenait à quitter cette zone ».