Nîmes : 25 ans de prison pour l'auteur d'un matricide

JUSTICE Il avait tué sa mère de douze coups de couteau dans le cou

Jérôme Diesnis

— 

La Cour d'assises de Nîmes
La Cour d'assises de Nîmes — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Nicolas Collet, un homme aujourd’hui âgé de 41 ans, a été condamné à vingt-cinq ans de réclusion criminelle par la cour d’assises du Gard. Le 4 août 2017 à Vergèze, dans le Gard, il avait tué sa mère de 12 coups de couteau au niveau du cou. Il vivait une vie oisive au domicile de ses parents.

Selon plusieurs experts, il souffre de schizophrénie. Son avocate avait plaidé l’irresponsabilité pénale au regard de sa maladie psychiatrique. L’avocat général avait réclamé une peine de dix-huit ans de prison, dont douze mois de sûreté. Il avait relevé l’altération, mais refusé l’abolition du discernement.

Les jurés vont au-delà des réquisitions

Les jurés ont été au-delà des réquisitions de l’avocat général et prononcé une peine de vingt-cinq ans de prison, estimant que son discernement était altéré au moment des faits, mais qu’il était responsable de ses actes.

Il a dix jours pour faire appel de sa condamnation.