Nice : La directrice des policiers du département leur apporte « tout son soutien » dans l’affaire Maïcol, tué après une course-poursuite

ENQUETE Le rapport de l’IGPN, dont une partie a été rendue publique dans le JDD la semaine dernière, met en cause les policiers

E.M.
Une mobilisation pour Maïcol en février à Nice
Une mobilisation pour Maïcol en février à Nice — Justice pour Maïcol - Facebook
  • Quatre mois après la mort de Maïcol en janvier à la suite d’une course-poursuite, l’IGPN, la police des polices, a rendu son rapport.
  • Les proches ont exprimé leur volonté d’avoir un procès.
  • La directrice départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes a rappelé son soutien aux policiers en assurant que les conditions pour engager une course-poursuite avaient été respectées.

« C’est un drame, mais de notre point de vue, c’est un accident », s’est exprimée, ce jeudi, Nadine Le Calonnec, directrice de la sécurité publique des Alpes-Maritimes, au quotidien local Nice-Matin. Après des mois de silence « sous devoir de réserve » sur l’affaire Maïcol, mort après une course-poursuite, elle a tenu à apporter « tout [son] soutien et [sa] confiance » aux policiers mis en cause.

Dimanche, le JDD a rendu public une partie du rapport de l’ Inspection générale de la police nationale, dite « la police des polices », sur les circonstances de la mort de Maïcol Goncalves-Furtado. Ce Niçois de 20 ans avait perdu le contrôle de sa moto le 10 janvier après une course-poursuite avec des policiers de la BAC (brigade anticriminalité) pour échapper à un contrôle.

« Il y avait un contexte »

La cheffe des policiers du département a également rappelé le contexte dans lequel s’est déroulée cette intervention. « C’était une période où le quartier des Moulins avait été ébranlé par des actes particulièrement graves, avec usages d’armes à feux et des blessés. Donc, il y avait un contexte, appuie-t-elle dans les colonnes du quotidien régional. Il y avait aussi un deux-roues à moteur signalé impliqué dans ces actes. C’était la nuit, sur des axes fluides, très larges. Je pense qu’il faut avoir du discernement et que cette course-poursuite ne contrevient en rien aux dispositions de la note de service signée par la DDSP 06 ».

Mardi, les proches du jeune homme avaient confié à 20 Minutes leur volonté d’avoir un procès et donc, l’ouverture d’une information judiciaire. Pour eux, la note de service départementale pour engager une course-poursuite n’a pas été respectée. Le parquet de Nice attend les observations de l’avocat de la famille pour donner ses conclusions.