Affaire Estelle Mouzin : L’ex-épouse de Fourniret de nouveau entendue par la juge Sabine Khéris

ENQUETE Deux jours sur le dossier d’Estelle Mouzin, un jour sur celui de Lydie Logé

20 Minutes avec AFP

— 

Monique Olivier doit être de nouveau entendue à partir de jeudi par la juge d'instruction chargée notamment de l'enquête sur la mort d'Estelle Mouzin.
Monique Olivier doit être de nouveau entendue à partir de jeudi par la juge d'instruction chargée notamment de l'enquête sur la mort d'Estelle Mouzin. — AFP

Monique Olivier va de nouveau être entendue à partir de jeudi, a indiqué mercredi Me Richard Delgenes, confirmant une information du Parisien. Selon l’avocat de l’ex-épouse du tueur en série Michel Fourniret, décédé le 10 mai dernier, Monique Olivier, aujourd’hui âgée de 72 ans, répondra aux questions de la magistrate Sabine Khéris.

Selon le quotidien, jeudi et vendredi l’audition concernera le dossier d’Estelle Mouzin, disparue à Guermantes (Seine-et-Marne) le 9 janvier 2003, puis lundi celui de Lydie Logé, une jeune femme de 29 ans disparue en 1993 dans l’Orne. L’avancée des enquêtes liées à son ex-mari, mort à l’âge de 79 ans sans avoir livré tous ses secrets, repose désormais principalement sur cette femme, déjà condamnée à deux reprises, dont une fois à la perpétuité, pour complicité de meurtres commis par Michel Fourniret.

Le corps d’Estelle Mouzin toujours introuvable

Elle est mise en examen, également pour complicité, dans les disparitions de Marie-Angèle Domece à 19 ans (1988), Joanna Parrish à 20 ans (1990), Lydie Logé à 29 ans (1993) et Estelle Mouzin (2003) à 9 ans. Monique Olivier a notamment permis une accélération des investigations sur la disparition d’Estelle Mouzin, quand elle a contredit en novembre 2019 l’alibi fourni par son ex-mari.

Elle a ensuite accusé à plusieurs reprises Michel Fourniret d’avoir enlevé, séquestré et tué la fillette. En 2020, le tueur en série était passé aux aveux. En avril dernier, elle avait avoué qu’elle avait accompagné son ex-mari le 11 janvier 2003 jusqu’à une forêt des Ardennes avant de le laisser aller enfouir le corps de la petite fille. Extraite de sa cellule, elle avait ensuite arpenté un chemin dans cette forêt aux côtés des enquêteurs et de la juge qui tentaient de retrouver le corps, en vain.