Gabriel Matzneff ne sera finalement pas jugé pour avoir fait l'apologie de la pédocriminalité

INFO « 20 MINUTES » La 17e chambre du tribunal judiciaire de Paris a estimé que la citation à comparaître délivrée par l'association L'Ange Bleu à l'écrivain était « nulle »

Vincent Vantighem

— 

Gabriel Matzneff en 2015
Gabriel Matzneff en 2015 — ANDERSEN ULF/SIPA
  • Auteur de plusieurs livres où il raconte ses « amours » avec de jeunes adolescents, Gabriel Matzneff est la cible de vives critiques depuis la sortie de l'ouvrage de Vanessa Springora, « Le consentement ».
  • Dans cet ouvrage publié le 2 janvier 2020, Vanessa Springora narre « l’emprise » qu’il a eue sur elle, alors qu’elle avait 14 ans et lui, 50.
  • L'association L'Ange Bleu, qui lutte contre la pédophilie, avait décidé de le faire citer à comparaître pour avoir fait l'apologie de la pédocriminalité. Mais sa demande vient d'être rejetée.

Pour Latifa Bennari, la présidente de L’Ange Bleu, « chaque livre de Gabriel Matzneff est un aveu ! » Mais, selon nos informations, l’écrivain controversé ne sera pas jugé pour avoir fait l’apologie de la pédocriminalité. La 17e chambre du tribunal judiciaire de Paris a estimé, ce vendredi midi, que la citation à comparaître délivrée par l’association à l’écrivain était « nulle », a indiqué Emmanuel Pierrat, l'avocat de l'écrivain, à 20 Minutes. Et que par conséquent, il n’y avait pas lieu de le convoquer à la barre pour débattre du fond comme cela étant prévu le 28 septembre prochain.

Alors en pleine tourmente, Gabriel Matzneff avait fait l’objet, en janvier 2020, d’une citation directe à comparaître délivrée par cette association qui lutte contre la pédocriminalité. Cette procédure permet à une victime de convoquer directement la personne soupçonnée des faits devant un tribunal, sans qu’une enquête préalable ne soit menée. C’est alors à la victime de collecter les preuves de culpabilité.

« Un mode d’emploi pour les pédophiles »

« Les livres de Gabriel Matzneff et notamment celui intitulé Les moins de 16 ans sont un mode d’emploi pour les pédophiles, justifiait, à l’époque, Latifa Bennari, la présidente de L’Ange Bleu. J’ai rencontré tellement de pédophiles qui se sont sentis légitimés par les ouvrages de Matzneff ou ceux de Tony Duvert [un autre écrivain décrié, mort en 2008] que j’ai voulu saisir la justice. »

Vivement critiqué lors de la parution du Consentement dans lequel Vanessa Springora raconte l’emprise qu’il a eue sur elle, alors qu’elle n’était âgée que de 14 ans, Gabriel Matzneff a riposté en écrivant un ouvrage intitulé Vanessavirus et dans lequel il raconte le quotidien d’un homme mis au ban de la société et remercie ses soutiens indéfectibles. Refusé par toutes les maisons d’édition, ce livre n’était toutefois disponible à l’achat que via une souscription auprès de son auteur.

Une simple erreur de procédure à l'origine du rejet de la citation

Selon nos informations, la citation de L'Ange Bleu a été rejetée pour une simple erreur de procédure. Domicilée en banlieue parisienne avec un avocat inscrit au barreau de Rouen (Seine-Maritime), l'association ne pouvait pas faire citer l'écrivain devant le tribunal de Paris, comme elle le souhaitait.

Contacté par 20 Minutes, Mehane Mouhou, dénonce la décision qui vient d'être rendue. « Le 2 avril, lors de l'audience, j'étais absent parce que je me faisais vacciner contre le Covid. Mais le tribunal a voulu examiner l'affaire. Et aujourd'hui, on a cette décision, tempête-t-il. C'est un mauvais signal envoyé aux victimes de pédophiles. Mais nous allons poursuivre le combat... »

De son côté, Emmanuel Pierrat, chargé de défendre les intérêts de l'écrivain, a faire part de sa satisfaction. « Je suis heureux que l’état de droit l’emporte sur le tribunal des tweets et de la morale », a-t-il réagi.