Policier tué à Avignon : « Il ne saurait être question que la peur change de camp », promet Jean Castex

SECURITE Lors de l'hommage national à Eric Masson, policier tué en intervention à Avignon, Jean Castex a durci un peu plus son discours sécuritaire, notamment contre le trafic de stupéfiants 

Mathilde Ceilles

— 

Jean Castex a présidé un hommage national pour Eric Masson, un policier mort en service
Jean Castex a présidé un hommage national pour Eric Masson, un policier mort en service — Philippe Magoni/ Sipa
  • Le Premier ministre est venu présider une courte cérémonie d'une demi-heure à Avignon pour rendre un hommage national à Eric Masson, policier décédé en intervention. 
  • Alors que la colère gronde chez les policiers, Jean Castex a réaffirmé son soutien aux forces de l'ordre. 
  • Il a également promis de renforcer la lutte contre le trafic de stupéfiants, dans un discours très sévère sur le sujet. 

De notre envoyée spéciale à Avignon,

A qui s’adresse réellement Jean Castex, ce mardi, derrière le micro au fond de la cour de la préfecture du Vaucluse ? A quelques mètres du drame qui a secoué Avignon mercredi dernier, le Premier ministre, accompagné du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin et du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, prend la parole, pour un hommage national express d’une demi-heure rendu à Eric Masson. Ce brigadier est décédé la semaine dernière par balles lors d’un banal contrôle sur un point de deal bien connu dans la préfecture vauclusienne.

A la tribune, le Premier ministre s’attache d’abord à louer les qualités d’un fonctionnaire de police « exemplaire », déjà saluées quelques minutes plus tôt durant la cérémonie par la sœur de la victime, Fanny, elle-même policière, et son chef de groupe, le major Thierry. « On ne trouve pas moins de dix lettres de félicitations dans son dossier », rappelle ainsi Jean Castex.

« Il ne saurait être question que la peur change de camp »

Mais rapidement, l’éloge funèbre se mue en un discours sécuritaire rigide, comme un écho à l’émoi teinté de colère qu’a suscité ce drame. Depuis mercredi, se multiplient en effet les manifestations et les prises de position de syndicats policiers excédés par ce qu’ils considèrent comme des agressions à la chaîne, quelques semaines après le meurtre d’une autre fonctionnaire de police à Rambouillet. Une vague de protestation telle que ces mêmes syndicats ont été reçus ce lundi dans la soirée par le gouvernement.

« Il ne saurait être question que la peur change de camp », martèle Jean Castex. Et d’affirmer, comme pour mieux rassurer les forces de l’ordre : « La République a des obligations à l’égard de ses policiers. Il est hors de question d’accepter l’inacceptable. Jamais nous ne laisserons banaliser le fait que la moindre agression contre un dépositaire de l’autorité publique puisse ne pas entraîner contre son auteur des conséquences lourdes, rapides et certaines. »

« Ce combat contre la drogue dérange »

Et de promettre de « renforcer » notamment la lutte contre le trafic de drogues, à l’origine de la mort d’Eric Masson. Après avoir rappelé la volonté affichée du gouvernement en la matière, le Premier ministre s’est ainsi directement adressé à la victime. « Oui, cher Eric, nous allons continuer. »

« Ce combat contre la drogue dérange », croit savoir le chef du gouvernement. Et c’est toute la filière qui essuie les critiques sévères de Jean Castex, de « ceux qui vendent l’abrutissement en barrette et la mort en sachets » aux « malfrats qui n’hésitent pas acheter la complicité des plus jeunes pour servir de guetteur ou de livreurs », en passant par les consommateurs de drogue eux-mêmes qui « alimentent par leurs achats cette économie souterraine », et même « ceux qui cherchent à salir l’ordre républicain. »

Un discours du chef de la majorité qui se durcit un peu plus à quelques semaines des élections régionales et départementales, et à un an d’une élection présidentielle où la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen, qui prend régulièrement position sur ces sujets, semble, selon les derniers sondages, déjà bien engagée vers le deuxième tour….