Haute-Garonne : Une enquête ouverte pour des soupçons d’agressions sexuelles sur des enfants dans une école Montessori

JUSTICE Plusieurs parents d’enfants scolarisés dans cette école de Grenade, près de Toulouse, ont déposé plainte contre une enseignante et une agente pour des agressions sexuelles allant jusqu’au viol

20 Minutes avec AFP

— 

Une voiture de gendarmerie. Illustration.
Une voiture de gendarmerie. Illustration. — F. Lodi - Sipa

Les plaintes déposées par plusieurs familles concernent des enfants de 3 à 6 ans scolarisés dans une école Montessori située à Grenade, à une trentaine de kilomètres au nord de Toulouse. Dominique Alzéari, le procureur de la République de Toulouse a confirmé ce mercredi qu’une « enquête est en cours » après ces plaintes pour des agressions sexuelles allant jusqu’au viol qui visent une enseignante et une atsem de cet établissement hors contrat qui accueille 70 enfants.

Jean Balbo, l’avocat d’une des familles plaignantes assure à l’AFP que cette dernière est « sidérée, bouleversée par la révélation qui a été faite par l’enfant ». « Il s’agit bien entendu de la parole de l’enfant qu’il faut prendre avec circonspection mais leur nombre donne une certaine légitimité à ce qu’ils disent », ajoute-t-il.

Les personnes visées ont quitté l’école

Depuis que La Dépêche du Midi a révélé l’affaire mardi, indiquant qu’une quinzaine d’enfants serait concernée, la direction de l’école a réagi sur son site Internet : « Nos pensées vont aux familles plaignantes et à leurs enfants », écrit-elle, estimant que ces « actes, si avérés, n’ont aucune place dans un établissement scolaire ». Elle précise aussi que « les membres du personnel visés par ces accusations ont quitté immédiatement l’environnement de l’école, ajoutant qu’aucun « membre de l’équipe n’a jamais été témoin du moindre geste déplacé de leur part ». L’établissement a par ailleurs lui-même déposé plainte contre X, affirme-t-il.

L’enquête a été confiée aux gendarmes.