Toulouse : Le policier avait arraché le masque d'un gendarme lors d'une soirée en plein confinement, il écope d'une amende

FAITES CE QUE JE DIS Deux jours après l’entrée en vigueur du deuxième confinement, les gendarmes avaient dû intervenir lors d’une soirée arrosée chez un policier virulent de l’agglomération toulousaine

B.C. avec AFP

— 

Les gendarmes de la Haute-Garonne lors d'un contrôle du respect des règles sanitaires durant le confinement.
Les gendarmes de la Haute-Garonne lors d'un contrôle du respect des règles sanitaires durant le confinement. — Fred Scheiber / 20 Minutes

A priori, il avait un coup dans le nez. Au cours de l’automne, les gendarmes de la Haute-Garonne sont appelés pour une soirée un peu trop tapageuse dans un jardin d’une résidence sur la commune de Saint-Jean, le 1er novembre, alors que le second confinement est entré en vigueur depuis deux jours. A leur arrivée, l’un des participants, les interpelle. Il ne porte pas de masque et a visiblement pas mal bu.

« Il s’est avéré que cette personne était un policier. Au lieu de faire profil bas, il était particulièrement agressif et a demandé aux militaires de "dégager de là" et a arraché le masque au gendarme », rapporte Hélène Saint-Aroman, avocate de l’un des gendarmes.

Le policier plaide une possible « maladresse »

Ce dernier était partie civile mardi lors de l’audience dudit policier, jugé par le tribunal correctionnel de Toulouse pour avoir notamment arraché le masque que le gendarme portait. Le prévenu a été condamné à une amende de 600 euros et 400 euros de dommages et intérêts, pour « violences volontaires sur personne dépositaire de l’autorité publique ».

S’il a reconnu partiellement ces accusations, indiquant qu’il avait bu au cours d’un repas avec des amis, le policier s’est défendu d’avoir arraché volontairement arraché le masque, tout en regrettant une possible « maladresse ».