Béziers : Une cinquième personne mise en examen pour l’incendie d'un groupe scolaire

JUSTICE Le juge des libertés de la détention a ordonné le placement en détention provisoire du jeune majeur âgé de 20 ans

Jérôme Diesnis

— 

L'école des Tamaris, incendiée à Béziers
L'école des Tamaris, incendiée à Béziers — LODI Franck/SIPA
  • Le 31 octobre 2019, soir d’Halloween, avait été marqué par de nombreuses violences à Béziers.
  • Un incendie volontaire avait partiellement détruit l’école primaire des Tamaris, dans le quartier de la Devèze.
  • Cinq personnes, trois mineurs au moment des faits et deux majeurs, sont poursuivies dans le cadre de cette affaire dont l’instruction est toujours en cours.

Une cinquième personne a été mise en examen dans le cadre de l’incendie de l’école primaire des Tamaris, le 31 octobre 2019 à Béziers. Âgé de 20 ans, il a été placé en garde à vue le 7 avril « à l’issue des investigations diligentées par les policiers de la DTPJ », explique le procureur de la République de Béziers.

Lors de sa garde à vue, il aurait expliqué avoir été présent sur les lieux le soir de l’incendie, mais contesté avoir directement participé aux faits. Il a été mis en examen notamment des chefs de "destruction en bande organisée du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes" et "participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime". Mais aussi "embuscade en réunion" dans le but de commettre des "violences avec usage ou menace d’une arme et violences sur personne dépositaire de l’autorité publique".

Quatre précédentes mises en examen

Le juge des libertés de la détention a ensuite ordonné son placement en détention provisoire, conformément aux réquisitions du parquet.

Le 26 juin 2020, deux adolescents alors âgés de 15 ans et 17 ans et un jeune homme de 19 ans avaient été mis en examen dans cette affaire. Le juge des libertés de la détention a ensuite ordonné le placement sous contrôle judiciaire du garçon de 15 ans avec notamment l’interdiction de paraître dans l’Hérault et l’obligation d’un suivi par la protection judiciaire de la jeunesse. Le mineur de 17 ans et le majeur avaient été placés en détention provisoire.

Une nuit de violence

Le 31 octobre 2019, soir d’Halloween, la ville de Béziers avait été le départ de plusieurs départs de feu, notamment dans le quartier de la Devèze. Pompiers et policiers avaient été attirés dans des guets-apens, où ils avaient été caillassés. Dans d’autres points de la ville, ce sont des automobilistes qui avaient été la cible de jets de pierre.

Dès le 1er novembre, un mineur de 15 ans avait été interpellé. A l’issue de sa garde à vue, il avait été mis en examen et placé en détention provisoire. Dans le cadre d’incendie volontaire en bande organisée, la peine encourue est de 20 ans de réclusion criminelle et 150.000 euros d’amende. Ces peines sont divisées par deux pour les mineurs.