Alpes-Maritimes : Déjà condamné, l’ex-braqueur devenu berger renvoyé aux assises pour deux autres meurtres

PROCES Michel Lambin, actuellement rejugé en appel pour une affaire d’assassinat, est soupçonné d’être impliqué dans d’autres meurtres

20 Minutes avec AFP

— 

Les procès pourraient se succéder pour le berger (Illustration)
Les procès pourraient se succéder pour le berger (Illustration) — Superstock / Superstock / Sipa
  • Michel Lambin, surnommé aussi «le berger du milieu», pourrait comparaître à nouveau aux assises pour deux autres meurtres avec préméditation.
  • La chambre de l'instruction de la cour d'appel a décidé de renvoyer cet homme pour le meurtre de deux hommes, Farid Errachdi et Jean-Félix Leca, qu'il avait hébergés dans sa ferme.

«Le berger de Caussols» impliqué dans d’autres affaires ? Déjà condamné à 18 ans de réclusion pour un premier assassinat dans les Alpes-Maritimes et actuellement rejugé en appel pour un second, Michel Lambin pourrait également comparaître aux assises pour deux autres meurtres avec préméditation.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel d'Aix-en-Provence a en effet décidé le 6 avril de renvoyer cet homme pour le meurtre de deux hommes, Farid Errachdi et Jean-Félix Leca, qu’il avait hébergés dans sa ferme du Bayou. La décision n’est cependant pas définitive car l’avocat de Michel Lambin, Me Bernard Ginez, s’est pourvu en cassation.

Son ex le met en cause pour une dizaine de meurtres

La chambre de l’instruction qui contrôle le travail des juges avait été saisie par l’avocat de membres des familles des victimes, Me Jean-Pascal Padovani, après un non-lieu rendu par un juge d’instruction de Nice le 16 juin 2017. « C’est pour les familles un réconfort et un sentiment de justice même si elles savent que rien n’est encore acquis », s’est-il félicité.

Agé de 70 ans, diminué par une sciatique paralysante qui l’oblige à comparaître allongé, Michel Lambin, ex-braqueur devenu chevrier, est actuellement rejugé en appel à Aix-en-Provence pour l’assassinat en 2002 d’un gardien d’école. En première instance, il avait été condamné à la perpétuité avec 22 ans de sûreté.

Lors de ce procès, son ex-compagne Nicole Rossi, l’avait mis en cause pour une dizaine de meurtres exécutés, selon elle, par rivalité amoureuse, par vengeance ou pour des dettes de jeu des hommes de son entourage. Elle l’avait notamment accusé d’avoir fait bouillir la tête de l’une de ses victimes dans une cocotte-minute ou d’avoir, à une autre occasion, goûté de la chair humaine assaisonnée « avec de l’ail et du persil ».

Corps dépecé et donné à manger aux cochons

Toujours selon son témoignage, Lambin aurait accueilli au printemps 2001 dans sa bergerie trois individus évadés dont Jean-Félix Leca, dit « Le Corse », accompagnés d’un jeune maghrébin, Farid Errachdi qui leur servait de chauffeur.

Reprochant à Farid le détournement d’un bracelet provenant d’un braquage, il l’aurait tué avec une arme de poing avant de dépecer son corps et de le donner à manger aux cochons, selon son ex-compagne. Quelques jours plus tard, il aurait également « buté le Corse » auquel il reprochait de manigancer contre lui. Après avoir découpé son corps, il l’aurait brûlé, toujours selon Nicole Rossi.

Michel Lambin a été définitivement condamné en 2011 à 18 ans de réclusion pour l’assassinat d’un repris de justice, Jean-Yves Guerrée.