Coronavirus en Haute-Garonne : Garde à vue prolongée pour les deux fêtards qui ont transformé un gîte en discothèque

ENQUETE Les deux personnes interpellées ce dimanche près de Toulouse pour avoir transformé un gîte en discothèque seront fixées sur leur sort ce mardi matin

H.M. avec AFP

— 

L'accouchement a eu lieu dans une discothèque toulousaine. Illustration.
L'accouchement a eu lieu dans une discothèque toulousaine. Illustration. — Deluxtrade / Pixabay

La fête a tourné court mais les gardes à vue durent. Deux personnes, soupçonnées d’avoir transformé un gîte du Burgaud, au nord-ouest de Toulouse, en discothèque clandestine, au mépris des consignes sanitaires, étaient toujours entendues ce lundi par les gendarmes.

« De nombreuses investigations sont en cours dans cette affaire, dont l’orientation procédurale sera décidée à l’issue des gardes à vue, soit pour demain matin », a indiqué ce lundi Dominique Alzéari, le procureur de la République de Toulouse.

30 euros l’entrée, 20 euros le parking

Les gendarmes, alertés par des voisins, ont découvert plus d’une centaine de fêtards – dont beaucoup ne portaient pas de masque – dans ce gîte dimensionné pour accueillir une cinquantaine de personnes. Selon la propriétaire, les locataires se sont présentés comme « des influenceurs qui venaient faire un tournage ».

Mais les premiers éléments montrent qu’ils ont lancé l’invitation pour cette discothèque éphémère au dernier moment via Snapchat et qu’ils auraient fait payer 30 euros l’entrée et 20 euros le parking. En pleine troisième vague de Covid-19, l’enquête a été ouverte pour « mise en danger de la vie d’autrui ».