Aix-en-Provence : Le «berger de Caussols», tueur à gages soupçonné d'une dizaine d'assassinats, de retour aux assises

PROCES Michel Lambin, présenté comme un tueur en série aux tendances cannibales, comparaît cette semaine devant les assises des Bouches-du-Rhône où il sera jugé en appel pour l’assassinat d’un gardien d’école

C.G.

— 

Aix en provence le 6 avril 2011 - Illustration de la cour d'assises des Bouches-du-Rhône.
Aix en provence le 6 avril 2011 - Illustration de la cour d'assises des Bouches-du-Rhône. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES
  • Michel Lambin, tueur à gages soupçonné d’une dizaine d’assassinats dans les années 80, comparaît en appel à partir de lundi devant les assises des Bouches-du-Rhône.
  • Il sera jugé pour avoir exécuté de deux balles dans la tête un agent municipal d’Antibes en 2002.
  • Le commanditaire présumé sera lui aussi dans le box des accusés.

Son ancienne compagne parlait de lui en des termes peu flatteurs, dressant le portrait d’un tueur en série qui aimait manger ses victimes « avec de l’ail et du persil ». Aujourd’hui septuagénaire Michel Lambin surnommé « le berger de Caussols », comparait à nouveau cette semaine devant les assises. Celle des Bouches-du-Rhône. Son procès devait s’ouvrir lundi à Aix-en-Provence.

Ce tueur à gages présumé, soupçonné d’une dizaine d’assassinats dans les années 80, devra cette fois répondre du meurtre d’un gardien d’école en 2002 à Antibes pour lequel il avait été condamné, il y a quatre ans, à la réclusion criminelle à perpétuité (avant de faire appel de cette décision).

La victime, âgée de 33 ans à l’époque des faits, avait été abattue dans sa voiture de deux balles en plein visage. La conviction des enquêteurs est la suivante : le crime aurait été commandité par un ancien braqueur azuréen, Émile Fornasari jaloux de voir l’employé municipal proche de son épouse. Il aurait ainsi chargé Lambin de l’exécuter.

Deux co-accusés qui nient les faits

Seulement les deux hommes qui se retrouveront dans le box des accusés, nient farouchement, indiquant même ne pas se connaître alors que les enquêteurs ont mis plusieurs années à les confondre. Il a fallu attendre 2009 et un énième rebondissement pour que la police établisse un lien.

Cette année-là, Lambin avait été jugé à Nice pour l’assassinat d’un braqueur dont le corps avait été retrouvé sur son terrain. Au cours de l’audience, l’ancienne compagne du berger avait alors évoqué l’assassinat du gardien d’école d’Antibes. Les analyses balistiques avaient également montré que les deux hommes avaient été tués par la même arme, retrouvée au domicile de Lambin. Défendu par Eric Dupond-Moretti, le berger avait écopé d’une peine de 18 ans de prison. Il s’agit du seul et unique assassinat pour lequel il a été condamné à ce jour.

Le procès, qui se tient aux assises des Bouches-du-Rhône, doit durer quinze jours.