« Mon école à la maison » : Enquête ouverte après les attaques informatiques contre la plateforme d'enseignement à distance

CYBERCRIMINALITE La section cybercriminalité du parquet de Paris a ouvert l'enquête mardi

20 Minutes avec AFP

— 

Une élève sur la plateforme Mon école à la maison. (illustration)
Une élève sur la plateforme Mon école à la maison. (illustration) — ALAIN JOCARD / AFP

La section cybercriminalité du parquet de Paris a ouvert une enquête mardi après une série d’attaques informatiques contre la plateforme du Cned au premier jour du retour de l’enseignement scolaire à distance lié à la pandémie, a-t-on appris ce mercredi auprès du parquet de Paris. Cette enquête, confiée à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLTIC), a été ouverte pour « accès frauduleux à un système de traitement automatisé » et « entrave au fonctionnement » d’un tel système, a précisé le parquet confirmant une information de France Télévisions.

Le Cned (Centre national d’enseignement à distance) avait indiqué mardi soir son intention de « déposer plainte », « devant ces actes délibérés de malveillance ». Il évoquait notamment « plusieurs dizaines d’attaques envers le site de continuité pédagogique "Ma Classe à la Maison", qui n’ont pu être totalement bloquées par l’opérateur ». Le ministre de l’Education Jean-Michel Blanquer avait évoqué dès mardi matin une « très forte attaque informatique venue de l’étranger », sans plus de précisions sur son origine.

150.000 classes virtuelles actives une heure après l’attaque

Le Cned a par ailleurs expliqué avoir transmis « l’ensemble des éléments techniques liés à ces cyberattaques » à l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi). Ces attaques sont survenues alors que l’enseignement à distance a été généralisé pour cette semaine depuis la fermeture des établissements scolaires vendredi soir et jusqu’aux vacances de printemps unifiées à partir du 12 avril. Avant une rentrée le 26 avril en présentiel dans les écoles et en distanciel une semaine supplémentaire dans les collèges et lycées.

« Malgré ces actes de malveillance », quelque « 500.000 élèves et professeurs accédaient aux plateformes » à 10 heures et « 150.000 classes virtuelles étaient actives », avait affirmé le ministre mardi. L’afflux de connexions a en outre causé mardi d’importantes difficultés d’accès à un autre outil pédagogique numérique de l’enseignement scolaire, les ENT (environnements numériques de travail), gérés par les collectivités locales.