Scandale du Mediator : Les laboratoires Servier condamnés à 2,7 millions d'euros d'amende pour « tromperie aggravée »

PROCES Le tribunal judiciaire de Paris a rendu son jugement ce lundi sur le scandale sanitaire mettant en cause ce médicament des laboratoires Servier

20 Minutes avec AFP
— 
Le procès du Mediator s'est ouvert le 23 septembre 2019 à paris et doit durer six mois.
Le procès du Mediator s'est ouvert le 23 septembre 2019 à paris et doit durer six mois. — VALINCO/SIPA

Les laboratoires Servier ont été reconnus coupables de « tromperie aggravée » et condamnés à 2,7 millions d’euros d’amende, a indiqué ce lundi par la 31e chambre correctionnelle du tribunal judiciaire de Paris. Plus de dix ans après le retentissant scandale du Mediator, un médicament tenu pour responsable de centaines de décès, le tribunal de Paris a rendu son jugement à l’encontre des laboratoires Servier et de l’Agence du médicament.

Les laboratoires ont « fragilisé la confiance dans le système de santé », a déclaré la présidente du tribunal Sylvie Daunis. Les laboratoires ont en revanche été relaxés des faits d'« escroquerie ». Jean-Philippe Seta, l’ex-numéro 2 du groupe pharmaceutique et ancien bras droit du tout-puissant Jacques Servier, décédé en 2014, a lui été condamné à quatre ans d’emprisonnement avec sursis. L'Agence du médicament a de son côté été condamnée à 303.000 euros d’amende. 

Lors des « 517 heures et quelques minutes d’audience » d’un procès-fleuve ouvert en septembre 2019 et clos en juillet 2020, une question a été centrale : comment le Mediator a-t-il pu être prescrit pendant trente-trois ans malgré les alertes répétées sur sa dangerosité ?