Un ancien joueur de Toulouse, Lens et Rennes mis en examen dans une affaire d’escroquerie

ENQUETE L’ancien footballeur Lucien Aubey a été mis en examen dans une affaire d’escroquerie dans la banlieue toulousaine

N.S.
— 
Le plaignant a investi 150.000 euros dans une affaire qui n'a jamais décollé.
Le plaignant a investi 150.000 euros dans une affaire qui n'a jamais décollé. — Mourad Allili / Sipa

L’affaire concerne l’ancien footballeur Lucien Aubey. Selon La Dépêche du Midi, l’ex-défenseur de 36 ans, formé au TFC avant de passer notamment par Lens, Rennes et Reims, est mis en examen pour escroquerie et menace de mort. Le quotidien indique que l’homme d’affaires Mohamed Dia (47 ans), fondateur de la marque de vêtements M. Dia, est lui aussi mis en examen, pour complicité. Contacté ce mardi par 20 Minutes, le procureur de la République de Toulouse Dominique Alzéari confirme « l’ouverture d’une information toujours en cours ».

Une plainte a été déposée par un ancien ami, mais aussi voisin d’Aubey en banlieue toulousaine, où le joueur était revenu s’installer à la fin de sa carrière sportive, en 2013. Sur la proposition de l’ancien arrière gauche, associé pour l’occasion à Dia, le trentenaire aurait investi 150.000 euros afin de créer un label musical. Cette somme était issue des 230.000 euros d’indemnités que cet homme venait de toucher après un grave accident de la route.

Le coup de fil à Ribéry

Pour convaincre son voisin de participer au projet, Aubey aurait brièvement téléphoné devant lui à Franck Ribéry, qu’il avait connu lorsqu’ils évoluaient ensemble en équipe de France Espoirs. Mais l’entreprise n’a jamais vraiment décollé et, vers le milieu des années 2010, l’investisseur aurait souhaité récupérer son argent.

Les choses se sont gâtées à ce moment-là. Le voisin de l’ancien Violet n’aurait pas accepté le remboursement par petites échéances proposé par Lucien Aubey et a fini par porter plainte. Du côté du défenseur formé au TFC, on évoque une histoire de placement qui n’a pas rapporté autant qu’espéré. Me Simon Cohen, avocat d’Aubey, n’a pas souhaité s’exprimer davantage ce mardi. Du côté du plaignant, son conseil Me Laurent de Caunes n’avait pu être joint mardi en fin d’après-midi.

La Dépêche du Midi précise que si Franck Ribéry devrait être prochainement entendu comme témoin dans cette affaire, son rôle serait extrêmement marginal.