Toulouse : Accusé d’avoir agressé sexuellement ses patientes, le magnétiseur écope de sept ans de prison

PROCES Jugé à Toulouse durant trois jours, l’infirmier magnétiseur de 68 ans a été reconnu coupable de deux viols et quatre agressions sexuelles entre 2014 et 2017

20 Minutes avec AFP
— 
La cour d'assises de la Haute-Garonne. 24/05/2012 Toulouse
La cour d'assises de la Haute-Garonne. 24/05/2012 Toulouse — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

À la barre de la cour criminelle de Haute-Garonne, il a nié durant trois jours les viols et agressions sexuelles dont l’accusaient six patientes. Mais ces dénégations n’ont pas convaincu. Mercredi, à Toulouse, un infirmier magnétiseur de 68 ans a été condamné à sept ans de prison pour deux viols et quatre agressions sexuelles entre 2014 et 2017.

L’une des six plaignantes a fait état lors de l’audience d’attouchements et de pénétrations vaginales subies « sous emprise et dans un contexte de confiance médicale ». Lui s’est défendu, évoquant des gestes « mal interprétés », dans un cabinet médical assombri par les stores baissés. « Il s’entête, comme la plupart des délinquants sexuels, il ne reconnaît pas sa responsabilité », a souligné l’avocat général devant la cour criminelle de Haute-Garonne.

Un jugement « sévère » selon l’avocat du prévenu

L’un de ses avocats du sexagénaire, qui comparaissait libre, a jugé la peine « sévère », compte tenu de « l’absence d’antécédents judiciaires » de son client. Maître Apollinaire Legros-Gimbert a fait référence à l’enfance « assez traumatisante » de l’infirmier, qui a « travaillé toute sa vie » et « était parfaitement inséré ».

Pour lui, le fait que son client « n’ait pas donné beaucoup d’explications à ses gestes présentés comme thérapeutiques » a pu « contribuer à la sévérité de la cour ».