Lyon : La victime rencontrée sur un site gay avait été tuée de 263 coups de ciseaux, le suspect jugé cette semaine

PROCES L’accusé de 43 ans s’était constitué prisonnier peu après avoir tué la victime, rencontrée sur un site gay, près de Lyon

E.F.

— 

Lyon, le 13 mars 2018. Illustration à la cour d'assises du Rhône, à Lyon
Lyon, le 13 mars 2018. Illustration à la cour d'assises du Rhône, à Lyon — E. Frisullo / 20 Minutes

La scène, d’une grande violence, s’était déroulée dans un huis clos, dans un hameau situé au sud ouest de Lyon. Cette semaine, Ceylan Ibliker , 43 ans, est jugé devant la cour d'assises du Rhône pour le meurtre d’un sexagénaire, retrouvé nu, le corps lardé de plus de 260 coups de ciseaux, en mars 2018 à Chabanière. L’accusé avait rencontré la victime de 63 ans sur un site de rencontre gay, rapporte Le Progrès. 

Au procès, Ceylan Ibliker, condamné en 2009 pour violences conjugales après avoir placé un couteau sur la gorge de son ex-épouse qui souhaitait divorcer, a assuré s’être rendu chez le sexagénaire pour réaliser des travaux. L’homme, qui a expliqué avoir eu quelques relations avec des travestis et des homosexuels ces dernières années, affirme n’avoir eu qu’un rapport sexuel avec la victime, tarifé 2.000 euros, comme le chantier pour lequel il était venu dans ce hameau reculé de Chabanière. Des pratiques sexuelles interdites dans sa famille originaire de Turquie.

La thèse de la légitime défense jugée peu crédible

Pour expliquer son passage à l’acte, l’accusé assure qu’il s’agissait de légitime défense face à son hôte qui aurait tenté de l’approcher une nuit alors qu’il dormait. Son refus de consentir à un acte sexuel aurait alors mis le sexagénaire en colère, selon l’accusé, qui a raconté lors de ses auditions avoir reçu des coups de casseroles et avoir été menacé avec des ciseaux par sa victime. Une version peu crédible, l’homme ne portant pas de traces de coups lorsqu’il s’est rendu la nuit du meurtre à la gendarmerie, sur les conseils d’un ami, pour se constituer prisonnier.

Entre-temps, l’accusé s’était douché et avait partiellement nettoyé la scène de crime avant de quitter les lieux en prenant avec lui des objets de la victime. Il s’était notamment emparé de sa carte bancaire avec laquelle il avait tenté à plusieurs reprises de retirer de l’argent, ne parvenant à encaisser que dix euros cette nuit-là.

« Ce que j’ai fait, c’est vraiment grave », a reconnu devant les assises du Rhône Ceylan Ibliker qui encourt jusqu’à trente ans de réclusion criminelle. Le verdict est attendu vendredi.