Lorient : « Pourquoi ils se sont enfuis »… Le chauffard et sa passagère face aux familles des enfants fauchés

DELIT DE FUITE Un jeune garçon de 9 ans était décédé et un autre avait été très grièvement blessé

C.A. avec AFP

— 

Deux enfants avaient été fauchés le 11 juin 2019 à Lorient par un homme qui était suivi par la gendarmerie. L'un des deux enfants était décédé. Le conducteur du véhicule est jugé ce lundi devant le tribunal correctionnel de Lorient.
Deux enfants avaient été fauchés le 11 juin 2019 à Lorient par un homme qui était suivi par la gendarmerie. L'un des deux enfants était décédé. Le conducteur du véhicule est jugé ce lundi devant le tribunal correctionnel de Lorient. — AFP

Il comparait libre, après douze mois passés en détention. Ce lundi, Kylian Le Reste s’est présenté à l’audience du tribunal de correctionnel de Lorient (Morbihan) où il doit être jugé pour homicide involontaire aggravé, blessures involontaires, conduite sans permis avec récidive et sans assurance, refus d’obtempérer, vitesse excessive et non assistance à mineur en danger. En juin 2019, il avait fauché deux enfants à Lorient avant de prendre la fuite pendant neuf jours. Un enfant de 9 ans était décédé, un autre de 7 ans avait été gravement blessé. Son ex-petite amie, 22 ans également, est présente et sera jugée pour non-assistance à mineur de 15 ans en danger.

« Ce qu’on attend c’est une partie de la vérité, pourquoi ils ont fait ça, pourquoi ils se sont enfuis. Ce qu’attendent les familles c’est une véritable condamnation », a déclaré avant l’audience Philippe Courtois, avocat des familles. « Les familles ont un sentiment mêlé de colère et d’appréhension, parce que pour la première fois elles vont regarder dans les yeux les responsables de leur tragédie », a-t-il ajouté.

« Pour donner l’exemple »

Ahmet Makas, porte-parole de l’association culturelle turque de Lorient, est venu soutenir les familles. « Elles attendaient ce jour, elles veulent que justice soit faite, elles espèrent que la sanction qui va tomber va être la plus forte possible pour donner l’exemple, même si ça ne ramènera pas Bunyamin ni la santé de Samet », a-t-il déclaré.

Le jour du drame, le prévenu avait pris le volant d’un véhicule acheté la veille, sans avoir le permis. Arrêté pour un contrôle de gendarmerie à Queven, près de Lorient, il s’était enfui à vive allure, multipliant les infractions au Code de la route, tandis que les gendarmes le suivaient à distance. Le véhicule avait percuté une voiture en sortie de rond-point, sans faire de blessé, avant de faucher sur un trottoir Bunyamin, neuf ans, qui a été tué, et Samet, sept ans, grièvement blessé, frôlant un troisième cousin, Diyar, neuf ans. Kylian Le Reste avait aussitôt redémarré avant de s’arrêter 200 mètres plus loin et de prendre la fuite avec sa passagère. Il avait été interpellé neuf jours plus tard grâce à l’appel à témoins lancé par la gendarmerie.

Samet, neuf ans aujourd’hui, est toujours suivi en hôpital de jour au centre de rééducation de Kerpape (Morbihan). Il présente de graves séquelles physiques et cognitives, et a notamment perdu l’usage de son bras gauche. Diyar est toujours suivi par un psychologue. Les deux jeunes cousins sont présents à l’audience.