Bretagne : Deux nouvelles mises en examen pour viols pour le chef d'orchestre du bagad d'Auray

ENQUETE Six victimes potentielles ont pour l'heure été identifiées par les enquêteurs

Camille Allain

— 

L'intérieur de la prison de Rennes-Vezin, où est détenu Loïc Le Cotillec.
L'intérieur de la prison de Rennes-Vezin, où est détenu Loïc Le Cotillec. — C. Allain / 20 Minutes
  • Le chef d’orchestre du bagad d’Auray fait l’objet de deux nouvelles mises en examen pour viol.
  • Six jeunes femmes ont porté plainte contre Loïc Le Cotillec. L’ancien penn-soner du bagad a été placé sous le statut de témoin assisté concernant l’une des plaignantes.
  • Agé de 25 ans, celui que l’on qualifiait de virtuose de la musique bretonne est incarcéré depuis un an et demi.

Six victimes potentielles, pour cinq mises en examen. L’ancien chef d’orchestre du bagad d’Auray Loïc Le Cotillec a fait l’objet de deux nouvelles mises en examen pour viol, a fait savoir à 20 Minutes le procureur de la République Philippe Astruc, confirmant une information du Télégramme. Il a été placé sous le statut de témoin assisté pour une troisième victime.

Le mis en cause, âgé de 25 ans, est également poursuivi pour le harcèlement de l’une des victimes. En septembre 2019, le jeune homme avait déjà été mis en examen pour des viols concernant trois victimes et placé en détention provisoire. Il s’agissait d’un membre du bagad et de deux musiciennes extérieures. Trois jeunes femmes avaient déposé plainte dans un second temps, en octobre 2020.

Toujours détenu à la prison de Rennes-Vezin, Loïc Le Cotillec « conteste pour l’essentiel les faits qui lui sont reprochés hormis les faits de harcèlement », précise le procureur de la République de Rennes. Ces faits se seraient déroulés entre les mois de mai et septembre 2019 et concerneraient des femmes évoluant dans le milieu de la musique bretonne. Dès l’apparition des rumeurs à l’encontre de son penn-soner, le bagad d’Auray, l’un des plus renommés en Bretagne, avait décidé de mettre fin à la collaboration.

« Des petites amies », selon son avocat

Souvent qualifié de virtuose, Loïc Le Cotillec avait pris la tête du bagad d’Auray en 2014, alors qu’il n’avait que 19 ans. Le président de l’association Kevrenn Alré avait porté plainte pour « atteinte à l’image » de son établissement. « Mon client collabore et collaborera avec les services enquêteurs. Ce sont des relations qu’il avait avec des petites amies, et peut-être qu’il y a eu des comportements inadaptés. Il va falloir se poser des questions », avait indiqué son avocat Maître Birrien en 2019.