Valence : L’homme suspecté d’avoir tué deux DRH et une conseillère Pôle emploi a été transféré en unité psychiatrique

SUIVI Le procureur de Valence a annoncé mercredi le transfert de Gabriel Fortin à l’hôpital psychiatrique du Vinatier à Bron, près de Lyon

J.Lau. avec AFP

— 

Un agent de sécurité se trouve devant l'entrée de la compagnie Faun, le 29 janvier à Guilherand-Granges (Ardèche), au lendemain de l'assassinat d'une DRH. PHILIPPE DESMAZES
Un agent de sécurité se trouve devant l'entrée de la compagnie Faun, le 29 janvier à Guilherand-Granges (Ardèche), au lendemain de l'assassinat d'une DRH. PHILIPPE DESMAZES — AFP

Suspecté d'« assassinats » de deux de ses anciennes DRH et d’une conseillère de Pôle Emploi, la semaine passée à Valence, en Ardèche et en Alsace, Gabriel Fortin est resté mutique durant toute sa garde à vue. Cet ingénieur au chômage vient d’être transféré mercredi à l’hôpital psychiatrique du Vinatier à Bron, près de Lyon, indique le procureur de Valence.

L’homme de 45 ans a été hospitalisé d’office vers cette unité spécialisée sur décision préfectorale, précise la préfecture de la Drôme, confirmant une information du Dauphiné Libéré. L’établissement pénitentiaire dans lequel il était détenu a sollicité la préfecture au vu « d’éléments qui faisaient penser qu’il pouvait être un danger pour lui-même », ajoute la même source.

Un lien vite établi avec le meurtre d’une autre DRH du Haut-Rhin

Le procureur de Valence Alex Perrin précise que Gabriel Fortin n’a pas été réentendu par le juge d’instruction depuis sa mise en examen samedi pour « assassinats ». Le 28 janvier, ce célibataire, sans enfant, a été arrêté à Valence après avoir tué par balles une conseillère Pôle Emploi du centre de Valence et la directrice des ressources humaines de l’entreprise Faun, à Guilherand-Granges (Ardèche), où il avait travaillé entre 2008 et 2010.

Un lien a pu être établi avec le meurtre deux jours plus tôt d’une autre DRH, tuée par balle sur le parking de son entreprise à Wolfgantzen (Haut-Rhin), ainsi qu’avec l’agression d’un responsable des ressources humaines à son domicile à Wattwiller.