Photo d'illustration d'une gardienne de prison à la maison d'arrêt de Grenoble-Varces, ici en 2018.
Photo d'illustration d'une gardienne de prison à la maison d'arrêt de Grenoble-Varces, ici en 2018. — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

ASSASSINAT

Annecy : Le jeune homme de 19 ans, suspecté d’avoir tué le père de sa petite copine, a été mis en examen

L’épouse de la victime a été blessée à coups de hache, sur l’exploitation familiale qui se trouve près d’Annecy, mais ses jours ne sont pourtant en danger

  • Le jeune homme de 19 ans, suspecté d’avoir tué le père de sa petite amie, samedi près d’Annecy, a été mis en examen et écroué lundi soir.
  • Selon le parquet, il « ne s’est pas exprimé » devant le juge d’instruction pour expliquer les raisons de son geste.
  • La victime a été tuée sur son exploitation agricole tandis que son épouse avait été blessée à coups de hache.

Le jeune homme de 19 ans, suspecté d'avoir tué le père de sa petite amie et d’avoir également blessé sa mère, a été mis en examen et écroué, a indiqué mardi le parquet d'Annecy ( Haute-Savoie).

Le garçon avait été interpellé dimanche et placé en garde à vue. Puis présenté lundi soir à un juge d’instruction qui l’a mis en examen pour « assassinat, tentative d’assassinat et violences aggravées ». « Il ne s’est pas exprimé », a précisé Véronique Denizot, procureure de la République d’Annecy.

L’épouse de la victime blessée à coups de hache

Les faits se sont déroulés samedi soir à Pringy, au nord d’Annecy, peu avant que la compagne du jeune homme n’alerte la gendarmerie en affirmant que son petit ami avait tué son père et blessé grièvement sa mère sur l’exploitation agricole familiale. L’appel de la femme de 22 ans a entraîné le déploiement d’un important dispositif de gendarmes autour de l’habitation, d’où elle et sa mère s’étaient enfuies.

Sur place, les militaires ont découvert le corps de la victime, âgée de 64 ans, « décédée à la suite d’un ou plusieurs tirs, et portant d’autres traces de violences », a également indiqué le parquet.

La mère de la jeune femme, 60 ans, portait également des traces de « blessures très graves », notamment « des coups de hache ». Elle a été prise en charge à l’hôpital sans que son pronostic vital ne soit engagé. Sa fille présentait aussi des traces de coups. Toutes deux se sont vues prescrire une ITT (interruption temporaire de travail) de cinq jours.

Le père du suspect jugé pour assassinat en 2010

Selon la gendarmerie, le drame a eu lieu « sur fond de violences intra-familiales », mais ces circonstances restent à être précisées par l’enquête, confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie d’Annecy. « Il semble qu’il y avait une communauté de vie et que le jeune homme travaillait sur l’exploitation des parents », a souligné Véronique Denizot.

Le couple battait de l’aile et la jeune femme souhaitait rompre. Elle aurait reçu des textos « avec des menaces de mort » de la part de son compagnon juste avant le drame.

Selon le parquet, le jeune homme, dont le père avait été jugé en 2010 aux assises pour avoir tué son beau-père, était connu au titre de la protection de l’enfance. « Dans ce dossier, la question qui semble se poser est celle de la responsabilité pénale de ce jeune homme. Ce sera à un expert d’en juger », a souligné Véronique Denizot.