Bretagne : Le groupe Chéritel abandonne ses poursuites contre une journaliste

ENQUETE Le grossiste breton de fruits et légumes avait attaqué Inès Léraud pour diffamation après la publication d’un article dénonçant ses pratiques

J.G. avec AFP
— 
La journaliste Inès Léraud est également l'autrice d'une bande dessinée consacrée au scandale des algues vertes en Bretagne.
La journaliste Inès Léraud est également l'autrice d'une bande dessinée consacrée au scandale des algues vertes en Bretagne. — Emmanuel Pain
  • La journaliste Inès Léraud devait comparaître jeudi pour diffamation à l’encontre du groupe Chéritel.
  • Le grossiste breton de fruits et légumes a finalement annoncé l’abandon des poursuites.
  • La journaliste avait dénoncé les pratiques du groupe dans un article publié en 2019.

Elle devait comparaître le 28 janvier devant la 17e chambre du tribunal judiciaire de Paris pour diffamation. Mais le procès ne devrait finalement pas avoir lieu. Le grossiste breton de fruits et légumes Chéritel a en effet annoncé vendredi l’abandon des poursuites engagées à l’encontre de la journaliste indépendante Inès Léraud qui avait dénoncé ses « abus » dans une enquête. « Les poursuites sont abandonnées. On en a fait part à notre avocat, pas parce qu’on pense que ce qui a été dit par Mme Léraud est vrai, il y a énormément de choses fausses, mais on cède devant la pression », a expliqué une responsable de l’entreprise.

« On se félicite de l’abandon des poursuites, mais nous serons jeudi au tribunal pour le constater officiellement », a indiqué Me Antoine Comte, l’avocat d’Inès Léraud. Reporters sans frontières avait dénoncé jeudi « le climat de pression et de dénigrement systématiques qui entoure certaines enquêtes journalistiques » sur le secteur agro-industriel breton, appelant la société Chéritel à retirer sa plainte envers Inès Léraud.

L’entreprise reconnue coupable de « tromperie » par la justice

La journaliste était poursuivie par Chéritel à la suite d’un article publié en mars 2019 par le média en ligne Basta!. L’article intitulé « Travail dissimulé, fraude sur les étiquettes : les multiples abus d’un groupe agro-industriel breton » dénonce « les pratiques managériales du groupe ». Il signale aussi que des tomates estampillées « origine France » avaient été « en réalité achetées à bas coût dans d’autres pays ». En novembre 2019, la société a été reconnue coupable de « tromperie » sur l’origine d’un produit après avoir vendu des tomates étrangères estampillées « origine France ». La société a annoncé qu’elle allait faire appel de cette condamnation.

Outre son article pour Basta !, Inès Léraud a publié plusieurs enquêtes sur l’agroalimentaire en Bretagne, notamment sur la situation sanitaire de ses salariés. Elle a également publié en 2019 une bande dessinée intitulée « Algues vertes, l'histoire interdite » (Delcourt), vendue à plus de 45.000 exemplaires.