Bouches-du-Rhône : Un riziculteur de Camargue condamné pour l'utilisation des pesticides interdits

ENVIRONNEMENT Un riziculteur a été condamné par le tribunal de Tarascon pour avoir utilisé des pesticides interdits, ce qui a eu des conséquences sur la faune de Camargue

20 Minutes avec AFP

— 

Un épandage de pesticides dans un champs. Illustration.
Un épandage de pesticides dans un champs. Illustration. — Jean-Michel Nossant - Sipa

Le tribunal de Tarascon a condamné ce mardi Christophe M. un riziculteur de Camargue qui utilisait des pesticides interdits en France ​dans une zone protégée des Bouches-du-Rhône ​à 5.000 euros d’amende dont 2.000 avec sursis. Trois mois de prison avec sursis avait été initialement requis par le procureur de Tarascon Laurent Gumbau.

Le tribunal l’a finalement relaxé des faits de pollution, et n’a retenu contre lui que la détention et l’utilisation de produits interdits. Outre l’amende de 5.000 euros dont 2.000 euros avec sursis, Christophe M. devra indemniser à hauteur de 1.000 euros chacune des quatre parties civiles, dont la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO).

Surmortalité piscicole

Son père a été relaxé de l’ensemble des faits, selon l’avocat de la LPO, Me Mathieu Victoria. « On aurait aimé qu’ils soient condamnés pour les faits de pollution », a reconnu Me Victoria.

Le parquet de Tarascon avait été saisi de cette affaire par le préfet des Bouches-du-Rhône, suite à un signalement d’une surmortalité piscicole. Lors de leurs perquisitions en juin 2019, les gendarmes avaient découvert chez Christophe et Sylvain M. des bidons d’herbicides – plus de 1.700 litres chez Christophe M. – interdits en France, certains depuis des années.

Ces produits ont pollué selon l’accusation les eaux de l’étang de Vaccarès, directement relié à leurs rizières, au sein du parc naturel de Camargue entraînant, selon le procès-verbal, « des effets nuisibles sur la santé ou des dommages sur la faune et la flore ».