Corse : La justice ordonne une expertise médicale sur le chef présumé de la bande du Petit Bar

ENQUÊTE Lourdement handicapé, Jacques Santoni, chef présumé de la bande mafieuse corse dite du Petit Bar aujourd’hui en détention, va subir une expertise médicale

20 Minutes avec AFP

— 

"Le petit Bar" à Ajaccio, le 8 avril 2013
"Le petit Bar" à Ajaccio, le 8 avril 2013 — AFP

Jacques Santoni, soupçonné d’être le chef présumé de la bande criminelle corse du « Petit Bar », va subir une expertise médicale afin de s’assurer que son placement récent en détention est compatible avec son état de santé, a indiqué lundi la procureure de Marseille.

Jacques Santoni, lourdement handicapé et « soupçonné d’être à la tête de cette équipe », a été arrêté dimanche 10 janvier à Paris puis placé en « garde à vue médicalisée dans un établissement hospitalier de Paris » avant d’être mis en examen jeudi, notamment pour extorsions et blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs, par des juges d’instruction de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) dans le crime organisé de Marseille.

Une précédente expertise médicale ayant conclu à « à une incompatibilité de son état avec une détention ordinaire », les magistrats instructeurs ont ordonné le transfert de Jacques Santoni à la maison d’arrêt de Fresnes, un « établissement spécialisé » en région parisienne où il pourra recevoir les « soins appropriés », précise le communiqué signé lundi par Dominique Laurens, la procureure de la République de Marseille. « Une nouvelle expertise médicale » a également été ordonnée par les magistrats instructeurs, ajoute Dominique Laurens.