"Le Petit Bar" à Ajaccio, réputé être le QG d'une bande de malfaiteurs corses, photographié le 8 avril 2013
"Le Petit Bar" à Ajaccio, réputé être le QG d'une bande de malfaiteurs corses, photographié le 8 avril 2013 — - AFP

JUSTICE

Corse : Huit nouvelles mises en examen sur l'enquête sur la bande mafieuse du « Petit Bar »,

Huit personnes considérées comme issues du premier cercle de la bande mafieuse corse dite du « Petit Bar » ont été mises en examen ce week-end

Les mises en examen se multiplient au fur et à mesure qu’avance l’enquête. Après Jacques Santoni, chef présumé de la bande mafieuse corse dite du « Petit Bar », huit membres présumés du premier cercle de cette organisation ont été mis en examen, notamment ce week-end, dans le volet financier d’une enquête instruite à Marseille, a-t-on appris dimanche de source judiciaire.

Les qualifications retenues par les deux juges de la juridiction interrégionale spécialisée dans le crime organisé (JIRS) chargés du dossier visent des faits « d’extorsions et de blanchiment en bande organisée, d’association de malfaiteurs et de non-justification de ressources ». Cinq des mis en examen ont été placés en détention provisoire et trois ont été laissés en liberté sous contrôle judiciaire, a-t-on précisé de même source.

Vingt et une personnes interpellées le 10 janvier

Vingt et une personnes avaient été interpellées le 10 janvier en Corse et sur le continent dans ce dossier de blanchiment d’argent sale qui, selon des chiffres avancés par le quotidien Le Monde porterait sur un total de 48 millions d’investissements offshore et immobiliers.

Parmi elles, figure le chef présumé de l’organisation criminelle, Jacques Santoni. Ce quadragénaire, tétraplégique depuis un accident de moto en 2003, a été mis en examen dès jeudi pour extorsion et blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs et écroué.