Chevaux mutilés : Deux femmes condamnées pour avoir menacé des automobilistes avec une arme

PROCES La mère et sa fille les soupçonnaient de vouloir s’en prendre à leurs animaux

J.G. avec AFP

— 

Des chevaux dans leurs box. Illustration.
Des chevaux dans leurs box. Illustration. — F. Scheiber / 20 Minutes

Les faits se sont déroulés à la fin août sur une route de campagne près de Rosporden dans le Finistère. Au cours de l’été, plusieurs dizaines de cas de chevaux mutilés avaient été observés un peu partout sur le territoire, créant une véritable psychose dans le milieu équestre.

Sur les dents, deux propriétaires de chevaux avaient dans la nuit du 29 au 30 août arrêté et menacé deux automobilistes qu’elles soupçonnaient de vouloir s’en prendre à leurs animaux. Les deux femmes, une mère et sa fille âgées de 51 et 23 ans, étaient armées au moment des faits d’un coupe-coupe et d’un pistolet à plomb.

Six mois de prison avec sursis

Jugées pour « violence avec arme en réunion sans incapacité » et « immixtion dans une fonction publique », elles ont été condamnées ce jeudi par le tribunal de Quimper à six mois de prison avec sursis. Les deux femmes ont également fait l’objet d’une interdiction de port d’arme pendant trois ans.

Début décembre, la gendarmerie avait recensé au total près de 500 faits de mutilations de chevaux en 2020. Mais pour seulement 16 % des cas une action humaine a été établie, les trois quarts des cas étant d’origine naturelle, selon une source proche du dossier. Des chiffres qui ont sérieusement affaibli l’hypothèse d’un vaste phénomène criminel.