Lille : Dieudonné « n’était pas au courant » de son procès pour escroquerie

PROCES Dieudonné M'Bala M'Bala et Noémie Montagne sont accusés d'avoir loué plusieurs salles sous de faux prétextes pour y donner des spectacles

Mikaël Libert

— 

En 2009, privé de salle à Villeneuve d'Ascq, Dieudonné s'était replié dans un bus pour jouer son spectacle.
En 2009, privé de salle à Villeneuve d'Ascq, Dieudonné s'était replié dans un bus pour jouer son spectacle. — M.Libert / 20 Minutes
  • Dieudonné et sa compagne devaient être jugés à Lille pour escroquerie et recel d’escroquerie.
  • Il leur est reproché d’avoir loué des salles sous des prétextes fallacieux pour que l’humoriste controversé puisse y jouer son spectacle.
  • Ni les prévenus ni leur conseil n’ont fait le déplacement, ce dernier expliquant qu’ils n’étaient pas au courant de la date de l’audience.

Ce jeudi, l’humoriste Dieudonné et sa compagne, Noémie Montagne, devaient être jugés respectivement pour recel d’escroquerie et escroquerie devant le tribunal correctionnel de Lille. Le couple est accusé d’avoir, entre janvier 2018 et février 2019, loué des salles à Roubaix, Marcq-en-Barœul et la Chapelle d’Armentières sous de faux prétextes afin que l’humoriste controversé puisse y jouer son spectacle. Aucun des deux ne s’est présenté à l’audience.

Lorsque l’affaire a été appelée par l’huissier, personne n’était là, ou presque. Il y avait bien l’avocat de la Condition publique, une des trois parties civiles… Pourtant, l’audience était prévue de longue date et le président avait réservé un créneau de 2 h 30, anticipant des débats à rallonge. Avant que le magistrat ne s’énerve, le procureur a affirmé avoir eu un échange téléphonique avec le conseil des prévenus : ni l’avocat, ni le couple n’étaient au courant de la date d’audience. L’huissier chargé de remettre les citations à comparaître ayant trouvé porte close et les recommandés n’ayant jamais été récupérés.

Jugé dans une autre affaire le même jour à Paris

Aux dires de son avocat, le couple devait par ailleurs être jugé ce jeudi pour une autre affaire devant le tribunal correctionnel de Paris. Pour ne pas risquer une opposition des prévenus, le président a décidé de ne pas juger l’affaire par défaut et a fixé une nouvelle date, le 25 juin prochain.

Ce que le tribunal devait juger, ce jeudi, n’a rien à voir avec la teneur polémique des propos tenus dans le spectacle que Dieudonné donnait à l’époque des faits. Enfin, un peu quand même. Si le couple avait alors pour habitude de réserver des salles pour des « présentations de cosmétiques » ou pour des « conférences théâtrales », c’est bien parce que le nom de Dieudonné faisait peur. Dans les trois affaires dont il est question à cette audience, les parties civiles ont donc décidé de déposer plainte pour escroquerie après avoir découvert, souvent trop tard, la supercherie.

Faux ateliers et vraies représentations

La première victime, c’est la Condition publique, à Roubaix. Le lieu avait été réservé par la société « L’esprit de la forêt » au nom de Noémie Montagne pour une « présentation de cosmétiques » le 28 janvier 2018. Sauf que lorsque le public est arrivé à l’heure du spectacle, le directeur, Jean-Claude Levassor, a bien vu que quelque chose clochait. A l’arrivée de Dieudonné, il a laissé jouer le spectacle pour ne pas risquer des incidents.

Dès le lendemain, c’est une salle privée de la Chapelle d’Armentières qui a été victime du même scénario. Les Salons Kennedy avaient été réservés par une autre société, Les productions de la plume, toujours au nom de Noémie Montagne, pour un « atelier théâtral ». Là encore, l’humoriste controversé avait pu jouer son spectacle.

Le dernier fait reproché au couple dans le cadre de ce procès date du 1er février 2019. Là, c’est l’Hippodrome de Marcq-en-Barœul qui avait été réservé, encore par la société « L’esprit de la forêt ». Mais la mairie avait découvert l’astuce en amont et avait pris un arrêté municipal pour interdire le spectacle. Arrêté suspendu par le tribunal administratif de Lille saisi par Dieudonné. Cette fois encore, le spectacle avait pu se dérouler.