Lyon : Sept ans de prison requis dans une vaste escroquerie financière « à la Madoff »

PROCES Cette arnaque, estimée à 23 millions d’euros, a fait plus de 540 victimes entre 2010 et 2013

C.G. avec AFP

— 

Le palais de justice de Lyon Illustration.
Le palais de justice de Lyon Illustration. — E. Frisullo / 20 Minutes
  • Sept ans de prison ont été requis ce mercredi par le tribunal judiciaire de Lyon à l’encontre de Jean-Pierre Nitkowski.
  • Ce septuagénaire, déjà condamné pour escroquerie, est soupçonné d’avoir monté une vaste arnaque financière « à la Madoff » entre 2010 et 2013.
  • Le montant du préjudice est estimé à 23 millions d’euros, et le nombre de victimes à 450.

Une peine de sept ans de prison a été requise mercredi à Lyon contre le « cerveau » présumé d’une vaste escroquerie financière «  à la Madoff », via la société Exelyum. Cette arnaque, estimée à 23 millions d’euros, a fait des centaines de victimes. En tout, seize prévenus, dont six poursuivis pour escroquerie, comparaissent depuis le 4 janvier devant la 17e chambre du tribunal judiciaire de Lyon après sept ans d’instruction. Plus de 540 personnes, abusées de 2010 à 2013 et dont certaines ont tout perdu, se sont portées parties civiles.

Jean-Pierre Nitkowski, septuagénaire est considéré comme le « cerveau » de cette arnaque de type pyramide de Ponzi – consistant à payer les intérêts des clients avec l’apport de nouveaux contractants – via sa société immatriculée aux Seychelles. Il avait été déjà condamné pour escroquerie à Monaco.

Rendement mirobolant

Six ans de prison avec mandat de dépôt différé ont été également requis contre Marc-Antoine Adam de Villiers, petit-fils du célèbre écrivain, qui était alors un jeune trader renommé, et la même peine contre l’un des directeurs commerciaux de la société. Parmi les prévenus, se trouve aussi Stéphane Benhamou, gérant d’une société basée à Dardilly, près de Lyon, considéré comme un « apporteur d’affaires » comme plusieurs autres prévenus. Il avait attiré l’attention de l’Autorité des marchés financiers (AMF), entraînant l’ouverture d’une enquête qui a abouti au procès de Lyon.

Comment fonctionnait l’arnaque ? Des conseillers financiers, des chargés de gestion de patrimoine, séduisaient les épargnants en leur proposant un placement « Exelyum » offrant un rendement mirobolant de 3 % par mois. En guise de garantie, l’argent placé était supposé sous séquestre. Mais l’affaire était en fait une arnaque à la Bernard Madoff, du nom de ce financier américain arrêté en 2008 pour avoir conduit des années durant la plus grande arnaque de la finance mondiale. Parmi les personnes abusées se trouvent des retraités qui avaient investi les économies de toute une vie et les ont vues s’envoler.