Attentats de janvier 2015 EN DIRECT : Ali Riza Polat, le principal accusé va faire appel de sa condamnation…

LIVE Suivez avec nous la dernière journée d'audience au procès des attentats de « Charlie Hebdo », de l’Hyper Cacher et de l’assassinat de la policière municipale, Clarissa Jean-Philippe

Hélène Sergent
— 
Le procès des attentats de janvier 2015 s'est ouvert le 2 septembre à Paris.
Le procès des attentats de janvier 2015 s'est ouvert le 2 septembre à Paris. — Michel Euler/AP/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Quatorze personnes sont jugées par la cour d’assises spéciale de Paris pour leur implication, à divers degrés, dans les attaques terroristes des 7, 8 et 9 janvier 2015.
  • Lors de leurs réquisitions, les deux avocats généraux ont demandé aux magistrats de condamner l’ensemble des accusés à des peines allant de cinq ans de prison à la réclusion criminelle à la perpétuité.
  • Tous, sauf l’un d’entre eux, sont jugés pour association de malfaiteurs terroriste criminelle et deux sont également poursuivis pour complicité de crimes terroristes.

A LIRE AUSSI

A VOIR

 

18h20 : C’est la fin de ce live

Merci de l’avoir suivi. Plusieurs articles seront à retrouver dans les prochaines minutes sur le site de 20minutes.fr pour analyser ensemble ce verdict.

18h16: Ali Riza Polat, principal accusé dans ce dossier, va faire appel de sa condamnation annonce son avocate

17h53: Pour Richard Malka, l'avocat de Charlie Hebdo, on ne peut «jamais se réjouir de lourdes peines»

 

17h51 : L’audience est terminée, le procès aussi. À l’extérieur de la salle, c’est la cohue

17h41 : Le frère de Mohamed Belhoucine, Mehdi Belhoucine est acquitté

Si les magistrats se sont dits «convaincus» de sa participation à une association de malfaiteurs terroriste, ils ont souligné qu’il avait déjà été condamné et jugé pour les mêmes faits (l’AMT – Association de malfaiteurs terroriste) en janvier 2020. Or, on ne peut pas juger deux fois quelqu’un pour la même chose. Il est donc acquitté et c’est le seul dans ce procès.

17h39 : Mohamed Belhoucine est condamné à la peine de prison à perpétuité en son absence

Il est présumé mort et parti en Syrie quelques jours avant les attaques de janvier 2015. C’est lui qui écope de la plus lourde peine à ce procès.

17h38 : Amar Ramdani est condamné à 20 ans de réclusion criminelle et une période de sûreté aux deux tiers

 

17h38 : Nezar Pastor Alwatik est condamné à dix-huit ans de réclusion criminelle avec une période de sûreté aux deux-tiers

 

17h37: Willy Prevost est condamné à 13 ans de réclusion criminelle 

 

17h36: Abdelaziz Abbad est condamné à 10 ans de réclusion criminelle 

17h35 : Saïd Makhlouf, Metin Karasular et Mohamed Fares condamnés à 8 ans de prison

 

17h34: Miguel Martinez est condamné à 7 ans de prison

17h33: Michel Catino, le doyen des accusés est condamné à 5 ans de prison

 

17h32: Hayat Boumeddiene et Ali Riza Polat condamnés à 30 ans de réclusion criminelle et une période de sûreté aux deux tiers

17h27: La cour condamne Christophe Raumel à 4 ans de prison

 

17h23 : Hayat Boumeddiene ne « pouvait ignorer » que l’argent issu de ses escroqueries allait financer les attaques de janvier 2015

Le président souligne qu’Hayat Boumeddiene a multiplié les crédits à la consommation et les locations de véhicules au profit de son mari : « Le projet d’action violente est concomitant à ces escroqueries. Il résulte de la proximité d’Amédy Coulibaly et Hayat Boumeddiene que celle-ci ne pouvait ignorer que l’argent (…) retiré de son compte bancaire allait être utilisé pour financer les attaques terroristes de son mari et des frères Kouachi ».

17h17 : Pas « d’idéologie radicale et religieuse » pour les accusés belges et ardennais

Pour motiver la décision de la cour de ne pas retenir le caractère terroriste de l’association de malfaiteurs, Régis de Jorna explique que pour Michel Catino (le doyen des accusés) ou pour Miguel Martinez, « aucune adhésion à une quelconque idéologie terroriste » ayant pu motiver leurs actions" a été notée.

17h10 : Mohamed Fares ne « connaissait pas la nature des projets » d’Amedy Coulibaly a jugé la cour d’assises

Le parquet national antiterroriste avait demandé dans ses réquisitions de ne pas retenir le caractère terroriste de l’association de malfaiteurs. Une demande retenue par la cour d’assises qui a expliqué que si Mohamed Fares a « apporté un soutien logistique dans la préparation de ces actions (…) Il n’est établi d’aucune manière la preuve qu’il connaissait la nature des projets terroristes d’Amedy Coulibaly dont il n’était pas un proche et qu’il n’avait jamais vu ».

16h55 : Willy Prevost, l’ami ou souffre-douleur de Coulibaly lui a « apporté un soutien logistique » selon la cour d’assises

Pour motiver sa décision, le président a rappelé qu’il avait acheté au profit de Coulibaly des gilets tactiques, couteau ou bombes lacrymogène. Comme Neza Pastor Alwatik, Willy Prevost « avait pleinement connaissance de l’existence d’un projet criminel » sans en connaître les détails. « Il a apporté un soutien logistique et a participé à l’association de malfaiteurs terroriste », a ajouté Régis de Jorna.

16h50 : Nezar Pastor Alwatik « avait pleinement connaissance d’un projet criminel nourri par Amedy Coulibaly »

Le président revient maintenant sur les motivations de la cour concernant les accusés reconnus coupables d’association de malfaiteurs terroriste. Il évoque les liens « étroits » entretenus par Nezar Pastor Alwatik avec Coulibaly et leur idéologie radicale « partagée ».

 

16h43 : La cour est « convaincue » de la culpabilité du crime de complicités pour Ali Riza Polat, poursuit le magistrat

Dans ses motivations, Régis de Jorna cite son « amitié de longue date avec Coulibaly » alors « qu’il savait qu’il avait été détenu dans une procédure terroriste ». Il évoque aussi la conversion religieuse de Riza Polat, « contemporaine à la sortie de prison de Coulibaly », précise le magistrat. « L’intensification de ses relations avec Coulibaly » et son départ pour le Liban juste après les attentats commis par Coulibaly et sa tentative de se rendre en Syrie ont aussi été avancés par la cour d’assises spéciale.
 

16h32 : « Ali Riza Polat a apporté une aide logisitique » à Amedy Coulibaly selon le président

« Il a apporté une aide logistique lui permettant de réaliser ses action criminelles, de par sa proximité immédiate », a expliqué le président de la cour d’assises, et qu’Ali Riza Polat a eu un rôle « particulièrement actif et transversal », mettant en lien Amedy Coulibaly et le belge Metin Karasular. Et les magisrtats estiment qu’il connaissait l’engagement « idéologique » djihadiste d’Amedy Coulibaly.

16h23 : Trois des accusés reconnus coupables d’association de malfaiteurs terroriste

Amar Ramdani, ancien ami de Coulibaly rencontré en cellule à Villepinte, Willy Prevost et Nezar Pastor Alwatik sont reconnus coupables d'association de malfaiteurs terroriste par la cour d'assises. 

16h22 : Mohamed Belhoucine, présumé mort en Syrie et jugé en son absence, est reconnu coupable de complicité de crimes

16h17 : Six accusés acquittés partiellement sur le caractère terroriste

Mohamed Fares, Saïd Makhlouf, Miguel Martinez, Abdelaziz Abbad, Michel Catino et Metin Karasular ont été reconnus d’association de malfaiteurs. Et non d’association de malfaiteurs terroristes. La cour d’assises les a acquittés partiellement.

 

 

16h15: Hayat Boumeddienne est déclarée coupable d'association de malfaiteurs terroriste et de financement de terrorisme

16h12: Ali Riza Polat est reconnu coupable de complicité d’assassinats

16h11: Les magistrats de la cour d'assises spéciale de Paris viennent d'arriver

La traditionnelle sonnerie vient de retentir. Le président de la cour, Régis de Jorna et ses magistrats assesseurs s'installent à leurs places habituelles. Brouhaha dans la salle. 

15h45 : Les accusés se sont installés dans le box

Christophe Raumel, le seul accusé qui comparaît libre est assis sur un strapontin. Les dix autres accusés présents à l’audience et tous détenus viennent de s’asseoir dans les deux box installés l’un en face de l’autre.

 

15h39 : Qui est Ali Riza Polat, seul accusé présent qui risque la perpétuité ?

Considéré par l’accusation comme le « bras droit » d’Amedy Coulibaly, ce franco turc âgé de 35 ans a marqué ce procès par sa personnalité. Tour à tour menaçant, convaincant, volcanique, Ali Riza Polat est poursuivi pour complicité de crimes et risque la prison à perpétuité. Pour retrouver le compte rendu de son audition, c’est ici.

15h28 : Les réquisitions dans le détail 

Quelles peines ont été demandées par le parquet antiterroriste ? Voilà toutes les réquisitions :

  • Hayat Boumeddiene (absente) : Une peine de 30 ans de prison, assortie d’une mesure de sûreté aux deux-tiers a été requise ;
  • Mohamed Belhoucine (absent) : Le parquet antiterroriste a requis une peine de réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans ;
  • Mehdi Belhoucine (absent) : Le parquet a demandé à la cour de prononcer une peine de 20 ans de prison, assortie d’une période de sûreté aux deux-tiers ;
  • Willy Prévost : Une peine de 18 ans de prison, assortie d’une période de sûreté aux deux-tiers, a été requise ;
  • Christophe Raumel : Les avocats généraux ont demandé 5 ans de prison ;
  • Mickaël Nezar Pastor Alwatik : Peine de 20 ans de prison, assortie d’une période de sûreté aux deux-tiers, réclamée ;
  • Mohamed Fares : Une peine de 7 ans de prison, assortie d’une période de sûreté aux deux-tiers, a été requise par l’accusation ;
  • Amar Ramdani : Le parquet antiterroriste a demandé à la cour d’assises de prononcer une peine de 17 ans de prison, assortie d’une période de sûreté aux deux-tiers ;
  • Saïd Makhlouf : Une peine de 13 ans de prison, sans période de sûreté, a été requise ;
  • Miguel Martinez : Les avocats généraux ont réclamé une peine de 15 ans de prison, assortie d’une période de sûreté des deux-tiers ;
  • Abdelaziz Abbad : Une peine de 18 ans de prison avec une période de sûreté des deux-tiers a été requise ;
  • Michel Catino : Peine demandée de 15 ans de prison, assortie d’une période de sûreté aux deux-tiers ;
  • Metin Karasular : Une peine de 15 ans de prison, assortie d’une période de sûreté aux deux-tiers a été requise ;
  • Ali Riza Polat : Le parquet antiterroriste demande la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans.

15h19 : Qui sont les trois accusés absents ?

Au-delà des trois terroristes tués en 2015, trois personnes sont poursuivies dans ce dossier et manquent à l’appel. Il s’agit d’Hayat Boumeddiene, l’épouse religieuse d’Amedy Coulibaly, en fuite et toujours recherchée. Partie de France quelques jours avant les attaques de janvier 2015, elle a rejoint les rangs de Daesh. Les deux autres absents sont les frères Belhoucine, partis en même temps qu’Hayat Boumeddiene en Syrie et présumés morts depuis.

15h15 : Les derniers mots des accusés

Lundi après-midi, juste avant que la cour ne parte délibérer, les accusés ont pu dire un dernier mot. Tous ou presque ont adressé un message aux victimes et à leurs proches tout en se défendant des charges qui pèsent sur eux. « Ma compassion est sincère, c’est important que vous y croyiez, que vous la receviez », a déclaré par exemple Abdelaziz Abbad, contre qui 15 ans ont été requis. Pour relire le compte rendu, c’est ici.

15h11 : Quelles peines ont été requises par le parquet ?

Pendant deux jours, les deux avocats généraux Julie Holveck et Jean-Michel Bourlès ont livré des réquisitions sévères avec des peines allant de 5 ans de prison à la peine de prison à perpétuité. Pour les magistrats, aucun des accusés à l'exception de deux - Christophe Raumel et Mohamed Farès - ne pouvaient ignorer la radicalisation et l'idéologie djihadiste des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly. 

 

15h08 : Qu’est-il reproché aux accusés ?

Parmi les 14 personnes jugées, 13 sont renvoyées pour participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle. Parmi ces treize personnes, deux seulement – Ali Riza Polat et Mohamed Belhoucine – sont poursuivies pour complicité de crimes terroristes. Un seul, Christophe Raumel, qui est le seul également à comparaître libre, est jugé pour simple association de malfaiteurs.

15h05 : Les parties civiles s’installent dans la salle

Les deux box qui se font face et dans lesquels les dix accusés qui comparaissent détenus depuis l’ouverture de l’audience sont vides pour l’heure. Quelques avocats sont là et discutent par petits groupes.

 

15h01 : Des places limitées dans des salles déjà pleines

Comme tout au long du procès, le tribunal a mis à disposition plusieurs salles pour accueillir toutes les parties. Certains journalistes sont arrivés à 9h ce matin et la presse internationale est de retour au Palais pour entendre le verdict.

 

14h55 : Le récit de ces trois mois d’audience

Comment résumer ces 54 jours d’audience ? Ma collègue Caroline Politi a tenté de faire dans cet article le récit de ce procès historique, marqué par une crise sanitaire sans précédent et un contexte terroriste tendu.

 

Bonjour à toutes et à tous,

Après trois mois d’audience, le procès des attentats de janvier 2015 prend fin ce mercredi. Le président de la cour d'assises spéciale, Régis de Jorna, doit rendre son verdict à 16 heures.