Seine-Maritime : Un pizzaïolo condamné à 30 ans de prison pour le meurtre d’un trentenaire en 2017

COUR D'ASSISES Le corps de la victime avait été enterré sous un massif floral situé dans la cour arrière de la pizzeria

20 Minutes avec agences

— 

Le fronton d'un palais de justice. (illustration)
Le fronton d'un palais de justice. (illustration) — SICCOLI PATRICK/SIPA

Le gérant d’une pizzeria du Tréport était jugé depuis jeudi dernier par la cour d’assises de Seine-Maritime pour le meurtre d’un trentenaire en mars 2017. Ce lundi, Kevin Vicente a été condamné à 30 ans de réclusion criminelle.

Cette peine est assortie de « 20 ans de période de sûreté, suivi d’un suivi socio-judiciaire avec injonction de soins pendant huit ans assortis de cinq ans d’emprisonnement en cas d’inexécution », a indiqué une source judiciaire.

Le corps enterré dans la cour

L’affaire avait démarré après la disparition de Cédric Belgueul, 37 ans, signalée par un proche le 13 mars 2017. L’homme n’avait donné aucun signe de vie depuis le 1er mars. Une information judiciaire pour disparition inquiétante avait ensuite été ouverte. L’accusé, âgé d’une trentaine d’années, s’était finalement présenté de lui-même au commissariat de Dieppe en s’accusant du crime.

Kevin Vicente avait été mis en examen dans ce dossier pour homicide volontaire et placé en détention. Il avait donné un certain nombre d’indications qui avaient permis aux enquêteurs de retrouver le corps de la victime, enterré sous un massif floral situé dans la cour arrière de son établissement.

« Une scène d’extrême violence »

Lors de sa garde à vue le restaurateur avait décrit « une scène d’extrême violence au cours de laquelle il a porté plusieurs coups à la tête de la victime, des coups de poing, de pied, et à l’aide d’une batte de baseball ». Il avait déclaré « lui avoir donné la mort, dans un premier temps en utilisant un couteau pour l’égorger puis en l’asphyxiant avec les mains ».

Les deux hommes se connaissaient mais n’avaient pas eu d’altercation auparavant. Le gérant avait été déjà condamné en 2016 pour des faits de violences aggravées, et avait écopé d’une courte peine d’emprisonnement.