Montauban : Inéligibilité et sursis requis contre la maire Brigitte Barèges (LR) dans un procès pour détournement de fonds

JUSTICE Cinq ans d’inéligibilité immédiate et 18 à 24 mois de prison ont été requis jeudi contre Brigitte Barèges, la maire LR de Montauban, dans un procès pour détournement de fonds. La décision est attendue le 9 février

20 Minutes avec AFP

— 

Brigitte Barèges est maire de Montauban depuis 2001 et candidate à sa réélection.
Brigitte Barèges est maire de Montauban depuis 2001 et candidate à sa réélection. — Eric Cabanis - AFP

« C’est dur, parce qu'inéligibilité de cinq ans avec exécution provisoire ça veut dire que c’en est fini avec ce mandat qui démarre à peine ». Brigitte Barèges, la maire LR de Montauban, s’est montrée combative mais secouée au terme de son procès jeudi, devant le tribunal correctionnel de Toulouse, pour détournement de fonds publics. A l’issue d’une audience confuse de douze heures, le parquet a également requis à son encontre une peine de 18 à 24 mois de prison avec sursis.

L’affaire remonte à la période 2012-2014. A l’époque, Brigitte Barèges est à la fois maire de Montauban et candidate à sa réélection. Son ancien chargé de communication Jean-Paul Fourment, évincé de son poste à la suite d’une procédure disciplinaire, informe la justice qu’il a été payé par la mairie pour écrire des articles élogieux à l’égard de l’édile dans Le Petit Journal, une publication locale.

Elle plaide un manque de rigueur

A l’audience, la prévenue a reconnu un manque de « rigueur », voire une certaine « confusion », tout en niant catégoriquement à plusieurs reprises tout détournement de fonds publics. Le parquet a pointé de son côté « un dévoiement de fonds publics » dans une « totale opacité ».

Les avocats de Brigitte Barèges ont plaidé la relaxe. Celle qui a été élue pour la première fois en 2001, et reconduite depuis facilement à chaque scrutin, affirme faire « confiance à la justice ». Elle sera fixée sur son sort le 9 février 2021.