Le Mans : Quatre jeunes condamnés à des amendes après une manifestation d’extrême droite

VIOLENCES Ils sont accusés d’avoir participé à des incidents survenus en décembre 2019 à l’issue d’une manifestation d’extrême droite

D.P. avec AFP

— 

Une balance, symbole de la justice (photo d'illustration).
Une balance, symbole de la justice (photo d'illustration). — Jean-Francois Badias/AP/SIPA

Quatre jeunes hommes ont été condamnés à des peines d’amendes tandis qu’un cinquième a été relaxé par le tribunal correctionnel du Mans lundi, après des incidents survenus en décembre 2019 à l’issue d’ une manifestation d’extrême droite.

Deux d’entre eux ont été condamnés à 300 euros d’amende et deux autres à 600 euros d’amende ainsi qu’à l’interdiction de porter une arme, pour « participation à un groupement formé en vue de la préparation de violences ». Un homme de 25 ans a été relaxé.

Ils disent ne pas avoir participé aux violences

Âges de 19 à 25 ans et domiciliés à Angers, Rennes, Le Mans ou en région parisienne, les prévenus avaient été interpellés après des dégradations commises contre des cafés réputés « de gauche » du centre-ville du Mans, dont un bar gay, après un rassemblement royaliste visant à commémorer le « massacre » des Vendéens lors de la Bataille du Mans en décembre 1793, à l’appel du « Souvenir vendéen ». Un groupuscule d’extrême droite « Ouest Casual » avait revendiqué sur sa page Facebook les affrontements avec des militants antifascistes, qui s’étaient rassemblés pour une contre-manifestation.

Le parquet avait requis huit mois de prison avec sursis contre les prévenus, leurs avocats, eux, avaient plaidé la relaxe. Militants ou sympathisants de l’Action française, ces jeunes hommes ont assuré à l’audience ne pas avoir directement participé aux violences, malgré leur équipement : coup-de-poing américain, casque pour se protéger, protège-dents, etc.