Attentat de la rue des Rosiers : La Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France

ENQUETE La justice française le soupçonne d’être « l’un des tireurs de l’attentat » qui avait fait six morts et 22 blessés dans le quartier juif historique de la capitale en 1982

20 Minutes avec AFP

— 

La rue des Rosiers à Paris (image d'illustration).
La rue des Rosiers à Paris (image d'illustration). — JACQUES DEMARTHON / AFP

La Norvège autorise l’extradition d’un suspect de l’attentat de la rue des Rosiers vers la France, selon les renseignements norvégiens (PST). Cette décision, non ouverte à un appel, devra être exécutée sous dix jours.

Walid Abdulrahman Abou Zayed, aussi connu sous le nom d’Osman en Norvège, est recherché par la justice française pour sa participation présumée à l’attaque qui avait fait six morts et 22 blessés dans le quartier juif historique de la capitale française.

Plainte rejetée

Palestinien naturalisé norvégien en 1997, le suspect s’opposait à son extradition vers la France, clamant son innocence. Validée par tous les échelons judiciaires du pays nordique, celle-ci devait encore recevoir le feu vert du gouvernement norvégien. « La plainte d’Osman a été examinée en Conseil des ministres réuni devant le Roi. Elle a été rejetée », a déclaré Annett Aamodt, porte-parole du PST.

« Le ministère de la Justice a ordonné que l’extradition soit mise en œuvre dans le cadre d’un accord entre les polices norvégienne et française et la décision doit être exécutée dans les dix jours », a-t-elle ajouté.

Le 9 août 1982, un commando de trois à cinq hommes avait lancé une grenade dans le restaurant Jo Goldenberg dans le « Pletzl », quartier juif historique de Paris, puis ouvert le feu dans l’établissement et contre des passants. L’opération avait rapidement été attribuée au Fatah-Conseil révolutionnaire (Fatah-CR) d’Abou Nidal, groupe palestinien dissident de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).