Alsace : Peine réduite en appel pour le policier qui avait donné un coup de matraque à une « gilet jaune »

CORRECTIONNELLE Il risque toujours une sanction disciplinaire qui pourrait aller jusqu’à la révocation

T.G.

— 

Marlène Lutz, la « gilet jaune » qui avait reçu le coup de matraque de la part du policier, le 12 janvier.
Marlène Lutz, la « gilet jaune » qui avait reçu le coup de matraque de la part du policier, le 12 janvier. — T. Gagnepain / 20 Minutes

Le jugement avait fait grand bruit, en juin dernier. Un gardien de la paix de Strasbourg avait alors été condamné à dix-huit mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de la capitale alsacienne. Il avait été reconnu coupable d’avoir blessé, avec une matraque, une « gilet jaune » lors de la manifestation du 12 janvier. Ce jour-là, le policier lui avait assené au moins un coup derrière la tête. La victime, une retraitée de 62 ans qui marchait à l’aide d’une béquille, avait reçu 11 points de suture.

Cinq mois plus tard, le prévenu a vu sa peine réduite par la cour d’appel de Colmar, relate les Dernières Nouvelles d'Alsace. « Je ne conteste pas ma culpabilité, mais à mon sens les faits n’ont pas été assez bien compris », avait-il indiqué lors de son audience, fin octobre.

Le policier a été à nouveau entendu et de nouveau condamné pour violences aggravées, avec arme et par dépositaire de l’autorité publique dans l’exercice de ses fonctions. Seulement, sa peine a été réduite de près de moitié, à dix mois de prison avec sursis. Il n’aura pas non plus le droit de porter une arme pendant deux ans, contre cinq en première instance. Agé de 47 ans, le gardien de la paix n’est toujours pas à l’abri d’une sanction disciplinaire qui pourrait aller jusqu’à la révocation.