Assassinat de Samuel Paty : Quatre autres collégiens mis en examen, dont trois pour complicité

ENQUETE Plus d’un mois après l’assassinat de Samuel Paty devant le collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine, quatre collégiens ont été mis en examen

C.Po. avec AFP

— 

Quatre nouveaux collégiens ont été mis en examen après l'assassinat de Samuel Paty
Quatre nouveaux collégiens ont été mis en examen après l'assassinat de Samuel Paty — ISA HARSIN/SIPA

Près d’un mois et demi après l’assassinat de Samuel Paty, devant le collège du Bois d’Aulne, à Conflans-Sainte-Honorine​, quatre nouveaux collégiens ont été mis en examen, a indiqué une source judiciaire. Trois de ces mineurs, âgés de 13 et 14 ans, ont été mis en examen pour «complicité d’assassinat terroriste », soupçonnés d’avoir désigné la victime à l’assaillant Abdoullakh Anzorov. La quatrième personne, mise en examen pour « dénonciation calomnieuse », est la fille de Brahim Chnina, le parent d’élève à l’origine de la campagne médiatique contre ce professeur d’histoire-géographie. Deux collégiens avaient déjà été mis en examen pour « complicité » dans ce dossier.

L’enquête a en effet permis d’établir que si le terroriste connaissait le nom de sa cible, l’établissement dans lequel il travaillait, il n’avait pas de moyens permettant de l’identifier. Pour y remédier, Abdoullakh Anzorov a abordé, vers 14 heures, un collégien et lui a proposé 300 à 350 € pour désigner Samuel Paty. L’adolescent a patienté près de trois heures avec lui à proximité de l’établissement, d’autres collégiens venant par moments se mêler à eux. Selon les déclarations des adolescents, le terroriste leur aurait indiqué qu’il « souhaitait filmer le professeur, l’obliger à lui demander pardon, l’humilier, le frapper », précise le magistrat. Vers 17 heures, ces collégiens auraient désigné la victime.