Nice : Deux élus visés par une enquête préliminaire pour détournements de fonds publics

POLITIQUE Un rapport de la chambre régionale des comptes avait remis en question la réalité de leur travail dans une structure azuréenne

F.Bi. avec AFP

— 

Pierre-Paul Leonelli, le 10 septembre 2020 à Nice
Pierre-Paul Leonelli, le 10 septembre 2020 à Nice — SYSPEO/SIPA
  • Dans son rapport sur le Centre de gestion de la fonction publique territoriale des Alpes-Maritimes, la chambre régionale des comptes estime que la réalité du travail effectif de deux élus niçois rémunérés au sein de cet organisme apparaît « plus que douteuse ».
  • Pierre-Paul Leonelli et Lauriano Azinheirinha se défendent de tout « emploi fictif ».
  • Une « enquête préliminaire » a été ouverte et porte « sur les infractions de détournement de fonds publics​, complicité et recel des dites infractions », indique la procureure de la République de Marseille.

La justice a décidé de creuser. Une « enquête préliminaire » a été confiée à la direction interrégionale de la police judiciaire (DIPJ) après les anomalies relevées dans une structure publique des Alpes-Maritimes, et notamment l’embauche de deux élus niçois. Elle porte « sur les infractions de détournements de fonds publics, complicité et recel des dites infractions », indique la procureure de la République de Marseille.

Selon Dominique Laurens, l’enquête vise le Centre de gestion de la fonction publique territoriale des Alpes-Maritimes (CDG 06) dont la chambre régionale des comptes a épluché la gestion de 2015 à 2019 dans un rapport publié le 28 septembre.

La réalité de leur travail apparaît « plus que douteuse »

Cet audit avait fait apparaître des anomalies et arrangements internes, signalés à la justice par l’ancien président d’Anticor Jean-Christophe Picard, conseiller municipal de Nice (EELV). Il y est question de Pierre-Paul Leonelli et Lauriano Azinheirinha, embauchés par le CDG 06 avant que le maire LR de Nice Christian Estrosi n’en prenne la présidence. Pour la chambre, la réalité de leur travail effectif à temps plein apparaît « plus que douteuse ».

Pour Pierre-Paul Leonelli, adjoint au maire de Nice à la propreté, la chambre estime qu’il « apparaît être rémunéré par le CDG 06 pour l’exercice d’activités extérieures insusceptibles de se rattacher à l’intérêt de l’établissement public ». Et que son recrutement avait « pour seul but de permettre à l’intéressé de continuer à concilier opportunément emploi territorial salarié et mandat électif métropolitain ».

Leonelli et Azinheirinha se défendent de tout « emploi fictif »

Concernant le conseiller départemental Lauriano Azinheirinha, ex-adjoint à l’éducation du maire de Nice, devenu son directeur général des services (DGS) en 2017, la chambre avance que ses conditions de recrutement ont été « entachées d’irrégularité ». « L’activité du chargé de mission », en poste de juin 2015 à octobre 2016, « n’a, en tout état de cause, laissé que peu de traces », note la CRC.

Pierre-Paul Leonelli et Lauriano Azinheirinha s’étaient défendus auprès de 20 Minutes de tout « emploi fictif ». « Il est de notoriété publique que j’exerce des missions réelles et effectives pour le CDG 06 depuis 2014 », avançait, fin septembre, le premier, dont le contrat a cessé fin octobre. « Cette mission a été conduite dans le strict respect des dispositions contractuelles », répondait le second. La justice va s’employer à le vérifier.