Rillieux-la-Pape : Condamnés à de la prison ferme pour avoir agressé des pompiers en intervention

CORRECTIONNELLE Le 18 octobre, des pompiers avaient été violemment pris à partie alors qu’ils portaient secours à une jeune femme dans la rue à Rillieux-la-Pape, au nord de Lyon

E.F.

— 

Illustration de pompiers.
Illustration de pompiers. — E. Frisullo / 20 Minutes

C’est, selon le syndicat Sud Sdmis l’une des premières affaires traitées à Lyon par la justice « avec l’appui des preuves issues des caméras piéton » dont sont dotés certains équipages depuis l’été 2019. Lundi, deux hommes ont été condamnés à neuf mois et sept mois de prison ferme devant le tribunal correctionnel pour des violences et des outrages sur une jeune femme et des sapeurs-pompiers du Rhône lors d’une intervention matinale plus que compliquée.

Le 18 octobre, au matin, les pompiers avaient été appelés pour venir en aide à une jeune femme, inconsciente au sol, à Rillieux-la-Pape. A leur arrivée, l’équipage avait été accueilli par deux jeunes encapuchonnés et un groupe qui leur faisait barrage. Leur intervention avait été entravée et les pompiers insultés et bousculés par ces jeunes refusant qu’ils viennent en aide à la jeune femme. La victime avait trop bu, selon leurs dires devant la justice, et n’avait pas besoin d’être secourue.

Une scène filmée

La scène s’était jouée sous l’œil de la caméra piéton de l’équipage, déclenchée par le chef d’opération qui sentait que la situation sur le terrain allait dégénérer. Au tribunal, lundi, l’un des pompiers malmenés a rappelé qu’il ne devait pas « avoir à se battre pour secourir quelqu’un », selon Le Progrès, et qu’il était de sa mission de faire, ce jour-là, le bilan de la jeune femme, à laquelle l’un des prévenus a reconnu « avoir mis des tartes » pour la réveiller.

Les deux hommes, dont l’un était en état de récidive légale et a déjà été condamné à douze reprises par le passé, sont retournés en détention à l’issue du jugement. Un troisième homme, poursuivit pour « non-assistance à personne en danger » pour avoir filmé la scène afin de la publier sur Snapchat, a été condamné à quatre mois de prison avec sursis.

« L’appui des caméras piéton des sapeurs pompiers a été déterminant pour obtenir cette condamnation à la hauteur de nos attentes », a réagi lundi soir le syndicat Sud Sdmis, dont des représentants ont assisté à l’audience, aux côtés d’autres pompiers venus soutenir leurs collègues agressés.