Aisne : Les trois décès sont-ils liés à une relation amoureuse ?

JUSTICE Une information judiciaire a été ouverte pour assassinat après la découverte d’une femme égorgée, d’un homme poignardé et d’un autre pendu

20 Minutes avec AFP

— 

L'entrée d'une caserne de gendarmerie. (Illustration)
L'entrée d'une caserne de gendarmerie. (Illustration) — E. Frisullo / 20 Minutes

Une information judiciaire pour assassinat devait être ouverte, mardi, à la suite de la découverte, samedi, dans l’Aisne du corps de trois défunts : une femme égorgée, un homme poignardé, et un homme pendu. Ce dernier est soupçonné d’avoir tué les deux autres après une rupture, a indiqué à l’AFP le procureur de Saint-Quentin, Cédric Logelin.

L’autopsie de l’homme qui avait été retrouvé mort dans la nuit de vendredi à samedi dans un appartement incendié à Jussy, près de Saint-Quentin, a révélé que son décès était dû à des coups portés par une arme blanche. Neuf lésions ont été constatées, dont « deux ont atteint respectivement le foie et le cœur », a précisé le procureur.

Inscription sur un mur

Une femme de 47 ans avait été retrouvée égorgée à proximité de cet appartement en flammes. Quelques heures plus tard, un homme avait été découvert pendu dans une ferme à Mayot, à une dizaine de kilomètres de Jussy. Une inscription sur un mur à l’intérieur de la ferme laissait penser que ce dernier pouvait être à l’origine des faits, avait alors annoncé le procureur.

« Le message laissé par le mis en cause confirme que le passage à l’acte est lié à sa relation amoureuse avec l’une des victimes », a réaffirmé Cédric Logelin, après trois jours d’enquête.

« Il apparaît que l’homme qui s’est pendu et la victime mortellement blessée par arme blanche à la gorge s’étaient séparés récemment », a-t-il ajouté. Les relations entre la femme décédée et l’homme retrouvé dans l’appartement devront quant à elles « être précisées par les auditions à venir », mais « il est néanmoins confirmé que les deux hommes se connaissaient ».