Hérault : Un homme jugé pour avoir décroché un portrait d'Emmanuel Macron dans une mairie

PROCES Les faits ont eu lieu le 15 juillet 2019, à la mairie d'Assas

N.B.

— 

Un portrait d'Emmanuel Macron (illustration)
Un portrait d'Emmanuel Macron (illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

Ce mardi, un homme sera jugé devant le tribunal correctionnel de Montpellier (Hérault), accusé d’avoir décroché et volé un portrait d’Emmanuel Macron, le 15 juillet 2019, à la mairie d’Assas, pour protester contre l’inaction de l’Etat sur le climat.

« Nos objectifs et nos revendications restent les mêmes : faire de ce procès le procès des vrais coupables, le procès de l’inaction climatique et sociale, et de la liberté d’expression », souligne, dans un communiqué ce lundi, le collectif Action non-violente, qui évoque une « action non-violente et symbolique » du prévenu.

Un rassemblement

« Nous dénonçons la démesure des moyens mis en œuvre contre ces décrocheuses et décrocheurs, qui ont procédé à une réquisition juste de ces portraits, et mené une action légitime de lanceurs d’alerte pour dénoncer le double discours de nos gouvernants par rapport aux engagements pris lors de la COP21 », poursuit le collectif.

Un rassemblement de soutien au prévenu est prévu, en présence d’associations et de chercheurs, devant le tribunal. Seul prévenu dans l’Hérault après l’action du 15 juillet 2019, l’homme jugé ce mardi matin risque cinq ans de prison et 75.000 euros d’amende.