Nîmes : Condamné à la perpétuité aux assises, il conteste sa radiation chez les pompiers

RADIATION Condamné en octobre pour l’assassinat de sa femme, cet ancien pompier volontaire conteste sa radiation par le Sdis

Jérôme Diesnis

— 

Illustration d'un tribunal administratif.
Illustration d'un tribunal administratif. — E. Frisullo / 20 Minutes

Un homme condamné à la prison à perpétuité peut-il continuer à porter l’uniforme des pompiers ? C’est à cette question que le tribunal administratif de Nîmes est appelé à se prononcer.

Le requérant a été condamné le 8 octobre par la cour d’assises du Gard à la prison à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 22 ans, pour l’assassinat de sa femme en février 2016 sur la rocade d’Alès. Policier national de profession, il était par ailleurs pompier volontaire à la caserne de Barjac dans le Gard.

Le rapporteur demande que sa requête soit rejetée

En apprenant sa mise en examen puis son incarcération dans cette affaire, le Sdis 30 (Service départemental incendie et secours du Gard) avait alors initié une procédure qui s’était traduite par sa radiation. L’ancien pompier conteste cette procédure. Dans sa requête, il explique que ces actes ne se sont pas déroulés pendant le service et qu’il était bien noté par ses supérieurs.

Le rapporteur du tribunal administratif a demandé que sa requête soit rejetée. Si le juge administratif suit ce projet de décision, la radiation sera déclarée légale. La décision doit intervenir d’ici une quinzaine de jours. Elle sera susceptible d’appel devant la Cour administrative d’appel.