Marseille : José Anigo évite la détention provisoire contre une grosse caution

JUSTICE José Anigo, mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de commettre un crime, a été laissé libre contre une caution de 100.000 euros

20 Minutes avec AFP

— 

José Anigo en décembre 2013.
José Anigo en décembre 2013. — MICHEL PISANO/SIPA

José Anigo reste libre. La chambre de l’instruction de la cour d’appel d'Aix-en-Provence a rejeté mercredi la demande de placement en détention provisoire de José Anigo, l’ancien entraîneur et manager de l'OM, mis en examen pour association de malfaiteurs, mais a augmenté sa caution de 10.000 à 100.000 euros. José Anigo, 59 ans, reste donc sous contrôle judiciaire, comme l’avait décidé initialement le juge de la liberté et de la détention, début octobre, avant que le parquet fasse appel.

Devant la cour d’appel, le 21 octobre, l’avocat général Pierre Arpaia avait requis le placement en détention de José Anigo, « par mesure de sûreté », évoquant notamment des « risques de pressions et de représailles » sur l’ancien dirigeant de l’Olympique de Marseille.

Extorsion et crime en bande organisée

Mais Pierre Arpaia n’avait pas fermé la porte à une éventuelle prolongation du contrôle judiciaire, à condition que celui-ci comprenne des obligations renforcées. Excepté l’augmentation du cautionnement à verser par José Anigo, la chambre de l’instruction n’a cependant pas précisé mercredi si ce contrôle judiciaire avait été durci.

José Anigo, dont le contrat de recruteur pour le club anglais de Nottingham Forest n’a pas été renouvelé début octobre, avait été mis en examen le 4 octobre, pour association de malfaiteurs, et ce en vue d’extorsion en bande organisée et en vue de commettre un crime en bande organisée. Ces faits auraient notamment pour contexte le transfert vers Lille d’un jeune joueur de l’OM cet été, joueur dont Anigo avait géré le début de carrière.