Nice: Quatre semaines de procès, quatorze accusés... L'enlèvement de Jacqueline Veyrac sera jugé dès le 4 janvier

ASSISES Le procès, initialement prévu à partir du 25 mai, avait été reporté « en raison de la crise sanitaire »

Fabien Binacchi

— 

La Réserve, établissement gastronomique appartenant à la famille de la septuagénaire à Nice, pourrait être au centre des débats
La Réserve, établissement gastronomique appartenant à la famille de la septuagénaire à Nice, pourrait être au centre des débats — AFP

C’est une affaire qui avait tenu en haleine les médias et les autorités pendant près de 48 heures. Le 24 octobre 2016, trois ans après une première tentative de rapt avortée, Jacqueline Veyrac, 76 ans, était enlevée près de son domicile, en plein centre de Nice.

La femme d’affaires azuréenne était retrouvée saine et sauve deux jours après, ligotée dans le coffre d’une voiture. Dès le 4 janvier 2021, elle fera face à 14 accusés, ses ravisseurs présumés, devant la cour d’assises des Alpes-Maritimes. Les débats sont programmés sur quatre semaines, annonce ce lundi le parquet de Nice. Le procès, initialement prévu à partir du 25 mai, avait été reporté « en raison de la crise sanitaire ».

Le gérant d’un de ses restaurants à la manœuvre ?

C’est un restaurateur italien, gérant entre 2007 et 2009 de La Réserve, établissement gastronomique appartenant à la famille de la septuagénaire, qui est soupçonnée par les enquêteurs d’avoir commandité cet enlèvement. Mais Giuseppe Serena, 66 ans, « n’est poursuivi que pour complicité [d’arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire d’otage pour obtenir l’exécution d’un ordre ou d’une condition, commis en bande organisée] car il n’y a pas d’éléments directs pour dire que c’est lui l’instigateur », avait indiqué son avocat Me Corentin Delobel.

D’autres protagonistes sont accusés de « participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation d’un crime, tentative d’extorsion en bande organisée ».