Attentat à Conflans : Des personnes interpellées pour incitation à la haine sur les réseaux sociaux à Toulouse

SOCIETE Le procureur de la République de Toulouse a indiqué jeudi que les cas s’étaient multipliés ces derniers jours en Haute-Garonne

B.C.

— 

Plus de la moitié de la population mondiale est active sur les réseaux sociaux
Plus de la moitié de la population mondiale est active sur les réseaux sociaux — Geeko

Après chaque attentat, les réseaux sociaux s’enflamment. Pas forcément pour défendre la liberté d’expression qu’ils procurent à leurs utilisateurs. Plus souvent pour y être un déversoir de haine. Ce jeudi, un jeune Toulousain a été déféré dans l’après-midi devant la justice pour « apologie du terrorisme » a indiqué le procureur de la République.

« C’est un mineur qui a été extrait du centre d’accueil où il se trouvait. Il a développé sur les réseaux sociaux un message de pure apologie en marge du procès Charlie Hebdo. Comme il a moins de 18 ans, il va faire l’objet d’une présentation immédiate devant la juridiction pour mineurs qui permet de juger rapidement », a indiqué jeudi Dominique Alzéari, le procureur qui va requérir un placement immédiat en détention pour « incitation à la haine ».

Diffusion de la photo de l’attentat

Un autre homme de la région de Toulouse, âgé de 20 ans, a aussi été déféré devant la justice pour avoir diffusé la photo du corps de Samuel Paty prise par le terroriste. Un partage d’images qui avait été repéré grâce à la plateforme de signalement du ministère de l’Intérieur. Il devrait être jugé en comparution immédiate.

Les services du parquet ont aussi enregistré depuis vendredi plusieurs actes d’antisémitisme ou de racisme. Comme cet homme qui s’en prenait, lui, aux musulmans sur les réseaux sociaux et contre lequel son racisme s’est retourné, plusieurs personnes lui ayant promis de ne pas laisser ses mots sans réponse.