Un policier de la Police aux frontières (illustration)
Un policier de la Police aux frontières (illustration) — ALLILI MOURAD/SIPA

ENQUETE

Perpignan : Cinq personnes accusées d’avoir vendu de faux permis de conduire entre 500 et 1.500 euros

Quatre des cinq suspects de ce trafic de faux permis de conduire seront prochainement jugés devant le tribunal correctionnel

Après plusieurs années d’investigations, les enquêteurs de la police​ aux frontières de Perpignan (Pyrénées-Orientales) ont démantelé une officine soupçonnée d’avoir fabriqué de faux permis de conduire internationaux andorrans, a appris 20 Minutes ce mercredi. Quatre suspects seront bientôt jugés.

C’est en 2016 qu’un renseignement a mis les policiers sur la piste d’un faussaire présumé, qui n’a pu être localisé que deux ans plus tard. Le suspect a été interpellé en février 2018, et placé en détention provisoire. Mis en examen, il est aujourd’hui libre, et sera jugé prochainement. Cet homme est soupçonné d’avoir vendu de faux permis de conduire, ainsi que des attestations de travail et de séjour en Andorre, à des Français, entre 500 et 1.500 euros. Le tarif était fixé en fonction de leurs revenus.

Une vingtaine de bénéficiaires présumés

Des perquisitions dans plusieurs logements ont également permis aux enquêteurs de saisir du matériel, qui aurait permis de fabriquer ces faux documents. Quelques mois plus tard, quatre intermédiaires présumés, soupçonnés d’avoir vendu les faux permis de conduire en échange de commissions, ont été interpellés par les policiers. Ils seront eux aussi prochainement jugés devant le tribunal correctionnel.

Enfin, une vingtaine de bénéficiaires présumés de ces faux documents, seront également poursuivis. Il s’agit notamment de personnes qui n’avaient pas le permis de conduire, ou qui n’avaient plus de points. Elles seront jugées en décembre et en juin.